12 millions de foyers éligibles au très haut débit en France

FibreOperateursRégulationsRéseaux

Au 31 mars 2017, Orange avait tiré 5,8 millions de fibres. Loin devant les 940 000 de SFR qui bénéficie largement de son infrastructure coaxiale.

Sur les 15,9 millions de logements et locaux professionnels éligibles au très haut débit, 8,95 millions le sont en FTTB/FTTLA/HFC (fibre jusqu’en pied d’immeuble et terminée par du câble coaxial), 8,2 millions sont raccordables en FTTH (fibre optique à domicile), et 5,65 millions en VDSL2 (de l’ADSL à plus de 30 Mbit/s), selon l’observatoire du marché des communications électronique arrêté au 31 mars 2017 de l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes). Environ 12 millions de foyers et locaux peuvent donc bénéficier du très haut débit (THD) à plus de 100 Mbit/s aujourd’hui en France. Sachant qu’un certain nombre d’entre eux peuvent profiter de plusieurs de ces technologies (fibre, câble et cuivre) voire même des trois.

Avec 8,9 millions de lignes, le coaxial reste donc la technologie majoritaire pour le THD en France devant la fibre de bout en bout. Mais ce n’est qu’une question de mois avant que la tendance ne s’inverse. Les déploiements FTTH ont progressé de 7% sur le premier trimestre 2017 et de 37% en un an. En revanche, le déploiement des accès coaxiaux évolue peu (+1% en un an) alors que SFR (qui a hérité du réseau de Numericable) concentrent désormais ses forces sur la fibre. Mais, avec la modernisation des réseaux câblés, le nombre de lignes entre 30 et 100 Mbit/s diminue fortement (-61% en un an) au profit des capacités à plus de 100 Mbit/s. Avec 8,34 millions de lignes câble qui offrent plus de 100 Mbit/s de débit, il ne reste aujourd’hui « que » 600 000 lignes coaxiales de première génération. Et probablement 0 à terme. Le nombre de lignes cuivre profitant du VDSL2 a pour sa part progressé de 4% sur l’année.

Orange détient 5,8 millions de fibres

Orange reste, de loin, le premier opérateur d’infrastructure (OI) FTTH. Il aligne plus de 5,8 millions de lignes optiques. Devant SFR (940 000) et Free (311 000). Les autres OI (publics et privés dont Bouygues Telecom) ont tiré près de 1,7 million de fibres.

Sur les près de 16 millions de locaux éligibles au très haut débit, il est à noter que plus des deux-tiers (10,2 millions) se situent en dehors des grandes agglomérations (dites « zones denses »). Dont 3,9 millions de FTTH (dont 1,1 million via des réseaux d’initiative publique) et autant en coaxial. Sans surprise, les opérateurs d’infrastructures privées en FTTH se concentrent sur les zones très denses avec 4,1 millions de logements couverts contre 3 millions dans les zones moins peuplées. A l’inverse, les réseaux d’initiative publique (RIP) couvrent les zones moins denses (860 000 prises) contre 243 000 en zones denses. En zones très denses, 70% des prises éligibles sont exploitables par au moins deux opérateurs contre 60% dans les zones moins denses. Un taux qui tombe à 26% dans les zones moins denses RIP et progresse peu. Il était de 24% au 31 mars 2016 alors que le nombre de fibres déployées a progressé de 41% sur le même temps (860 000 lignes dont 158 000 pour les communes rurales et 103 000 en régions montagneuses).

Près de 6 millions d’abonnements très haut débit

En matière d’usage, un peu moins d’un tiers, soit 5,8 millions de foyers, profitent effectivement d’un abonnement en très haut débit. En progression annuelle de 29,5% (+1,3 million de foyers). Une progression majoritairement soutenue par la fibre qui concentre 2,45 millions d’abonnements (+52% en un an) contre 1,28 million pour le FTTB à plus de 100 Mbit/s (soit moins de 10% de progression, alors que l’Arcep y intègre désormais les liaisons en 4G fixe). Les liaisons entre 30 et 100 Mbit/s connaissent une meilleure adoption avec 21% de hausse pour 2,1 millions de lignes.

Les abonnements aux offres THD progressent naturellement aux dépens des lignes haut débit (ADSL principalement). Ces dernières alimentent encore plus de 22 millions de foyers et entreprises, et reculent de plus de 2% sur l’année. Mais le solde total des abonnements aux haut et très haut débit reste positif. A près de 28 millions de lignes actives, il progresse de 3,1% avec 851 000 nouveaux abonnements sur l’année et 250 000 sur le trimestre. Le marché des télécoms fixe reste donc en croissance.


Lire également
Télécoms : investissements records dans le très haut débit en 2016
SFR attaque Orange sur la fibre des zones moyennement denses
SFR veut dynamiser le marché de l’entreprise avec sa fibre

Photo credit: Point d’Appui National ANT via VisualHunt.com / CC BY

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur