Smile et EPSI lancent l’Open Source School

DéveloppeursLogicielsOpen SourceProjetsSecteur PublicSSII
2 63 1 commentaire

L’informatique libre et Open Source recrute en France, mais manque de profils qualifiés. Pour répondre aux attentes du marché, l’Open Source School (OSS) est lancée avec le soutien de l’État.

À l’initiative de l’intégrateur français Smile et de l’école d’ingénierie informatique EPSI, une première école d’enseignement supérieur dédiée à l’informatique libre et Open Source, l’Open Source School (OSS), ouvre ses portes. Les promoteurs du projet déclarent vouloir « répondre à la pénurie de compétences » en proposant une double offre de formation pour toucher des jeunes talents et des professionnels en reconversion. « L’enjeu de la formation pour notre écosystème est vital. L’Open Source croît de plus de 10 % par an, soit 5 fois plus vite que l’informatique conventionnelle, ce sont des milliers d’emplois qui manquent chaque année », explique Marc Palazon, le président du groupe Smile.

Aux Bac+2, l’Open Source School propose une formation initiale « 100% en alternance » basée sur un référentiel de compétences utilisé par l’EPSI. Ce programme permettant d’atteindre un niveau Bac+5 est délivré dans 6 campus (Bordeaux, Lille, Lyon, Montpellier, Nantes, Paris). Parallèlement, l’Open Source School promet plus de 200 formations professionnelles et des dispositifs de retour à l’emploi (POE…) dans le cadre de son offre de formation continue « Executive Education ».

L’OSS « en phase avec les attentes du marché »

Le projet OSS de Smile et de l’EPSI, dont le campus de Nantes est labellisé « Grande école du numérique » par le gouvernement, a obtenu une première aide de 1,4 million d’euros dans le cadre du programme d’investissements d’avenir. L’Open Source School est également soutenue par le Conseil national du logiciel libre (CNLL) et d’autres acteurs, dont SensioLabs, Jahia, Red Hat, Talend, Alter Way, Akeneo, Abilian, OW2, Open Wide, Acquia… « 75% de l’enseignement d’OSS est porté par les professionnels du secteur », commente Grégory Bécue, porteur du projet et directeur associé de Smile, « ce qui garantit une formation en phase avec les attentes du marché ». Cloud, Big Data, Internet des Objets (IoT) ou encore mobilité, « la plupart des logiciels et infrastructures reposent sur des technologies Open Source » et « l’Open Source est un facteur d’innovation et d’emploi considérable , assure-t-il.

Selon le cabinet Pierre Audoin Consultants, le chiffre d’affaires du secteur Open Source en France a atteint 4,1 milliards d’euros en 2015, soit 13 % du marché national des logiciels et des services informatiques (contre 5 % en 2012). Et devrait atteindre les 6 milliards d’euros en 2020. L’écosystème emploie 50 000 personnes et compte 66 % d’entreprises de moins de 10 salariés. Et la demande de talents reste forte avec 4 000 créations nettes de postes prévues par an d’ici 2020 dans le secteur (éditeurs de logiciels, sociétés de services IT, intégrateurs…). Les employeurs sont à la recherche de profils qualifiés, des spécialistes des infrastructures (administration système et architecture SI) aux développeurs (front-end, back-end). Une dynamique à l’origine de la création de l’OSS.

Lire aussi :

Open Source, un booster économique et un recruteur hors pair en France
Open Source : Smile et Open Wide parlent mariage

crédit photo © Ahmetov_Ruslan / shutterstock.com

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur