Apple : un investissement dans Softbank pour amadouer Trump ?

GouvernanceProjetsRégulations
0 0 Donnez votre avis

Apple serait prêt à investir 1 milliard de dollars dans le fond technologique de SoftBank. Des emplois américains seront-ils créés ? Donald Trump interroge la Silicon Valley.

À l’heure où Donald Trump s’apprête à réunir des représentants de la Silicon Valley, jusqu’ici défiants à son égard, Apple semble être prêt à des concessions. Selon le Wall Street Journal, le groupe informatique dirigé par Tim Cook pourrait investir jusqu’à 1 milliard de dollars dans le fond technologique de SoftBank Group. Mi-octobre, la holding japonaise active dans les télecommunications et Internet a annoncé la création de SoftBank Vision Fund. Un fonds de 100 milliards de dollars. SoftBank prévoit d’y investir au moins 25 milliards de dollars, et l’Arabie saoudite 45 milliards de dollars en cinq ans, à travers son fonds souverain Public Investment Fund (PIF) . Des pourparlers sont menés avec d’autres parties, dont Apple, selon le journal de Wall Street.

Si la participation d’Apple dans le fonds SoftBank se concrétise, ce serait un nouvel investissement majeur pour la firme de Cupertino. En mai, la multinationale a déjà annoncé injecté 1 milliard de dollars dans Didi Chuxing, concurrent d’Uber en Chine. En s’engageant aux côtés de SoftBank, Apple pourrait aussi gagner les faveurs de Donald Trump. Plus tôt ce mois-ci, le magnat de l’immobilier devenu président américain a loué SoftBank pour s’être engagé à investir 50 milliards de dollars aux États-Unis. Un investissement qui se traduirait par la création de 50 000 emplois, selon l’intéressé.

iPhone et emplois « Made in US »

Pour Apple, investir 1 milliard de dollars dans un fonds serait aussi plus aisé que de répondre à l’exigence de relocalisation d’emplois industriels assénée par le 45e président des États-Unis. Car Donald Trump, qui succédera à Barack Obama le 20 janvier prochain, exhorte le groupe à fabriquer et assembler plus de produits de la marque aux États-Unis, l’iPhone en particulier.  Or,  Apple sous-traite l’essentiel  de sa production en Chine depuis des années. Seuls les Mac Pro et certains composants sont fabriqués sur le territoire nord-américain, aujourd’hui.

Justement,  l’emploi américain est au coeur de la rencontre organisée mercredi après-midi entre Donald Trump et des dirigeants d’Apple, Facebook, Google, Amazon, Microsoft et d’autres entreprises technologiques. La fiscalité, les visas de travail H1B et les importations pourraient également faire l’objet d’une communication. La sécurité et le chiffrement sont d’autres sujets sensibles à traiter.

Lire aussi :

Apple pousse Foxconn et Pegatron à fabriquer l’iPhone aux US
Internet of Trump, une menace pour le monde numérique
Apple accapare 91 % des bénéfices du marché des smartphones


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur