Le logiciel français a levé 340 millions d’euros

Editeurs de logicielsLogicielsProjets
6 21 Donnez votre avis

Le montant total des fonds levés par les éditeurs français a augmenté de 55 % en un an. Les premières levées progressent et les opérations ponctuelles massives dynamisent le marché.

Le cabinet d’audit KPMG et l’Association française des éditeurs de logiciels et solutions Internet (Afdel) ont publié la troisième édition du baromètre des levées de fonds de 500 000 euros et plus dans le Software. Entre le 1er juillet 2014 et le 30 juin 2015, les éditeurs français ont levé 340 millions d’euros sur 72 opérations (contre 220 millions d’euros sur 55 opérations l’an dernier).

La vigueur du marché des premiers tours

Entre l’été 2014 et juin 2015, près de 28 millions d’euros ont donc été levés en moyenne chaque mois par les éditeurs, alors que ce chiffre dépassait à peine 18 millions d’euros lors de la précédente édition. On constate également une progression du nombre d’opérations : 6 par mois sur cette 3ème édition, contre 4,5 par mois pour la 2ème édition parue en 2014. Le marché français se caractérise encore par de petites opérations régulières et des initiatives ponctuelles plus massives. Ainsi, dans le logiciel, 47 % des opérations se rapportent à des levées comprises entre 500 000 euros et 1,5 million d’euros. Autre constat : 55 % des opérations correspondent à des premiers tours (un taux en hausse de 9 points par rapport à l’an dernier) et 33 % à des seconds tours (contre 26 % lors de la précédente édition), avec une levée moyenne respective de 2,2 millions d’euros (contre 1,2 million l’an dernier) et de 3,4 millions d’euros (contre 3 millions d’euros lors de la précédente édition). 83 % des investissements ciblent des sociétés B2B et 61 % des solutions horizontales.

Financer l’activité et son internationalisation

Une levée de fonds de 100 millions de dollars (73 millions d’euros) a été réalisée en juillet 2014 par le spécialiste du covoiturage Blablacar (qui a levé deux fois plus en septembre 2015). C’est un niveau exceptionnel pour une startup hexagonale devenue « licorne » (comme les jeunes pousse non cotées de la Silicon Valley). Dans le baromètre français, six autres acteurs ont levé plus de 10 millions d’euros sur la période : Avanquest (logiciels B2C, 30 millions d’euros levés), Actility (Smart grid et Internet des objets, 22 millions d’euros), Kyriba (gestion de trésorerie, 20 millions d’euros), Algolia (moteur de recherche SaaS, 16 millions d’euros), Augure (solution Cloud de relations publiques, 15 millions d’euros) et Teads (publicité vidéo, 12 millions d’euros levés).

INFOGRAPHIE_LEVEES_FONDS_SOFTWARE

Pour les levées de plus de 10 millions d’euros, un investisseur étranger est impliqué dans 86 % des opérations et un investisseur public direct dans 43 % des cas. Par ailleurs, 72 % des levées de fonds financent le développement commercial et l’internationalisation (à 80% en Europe et aux États-Unis).

Lire aussi :

Truffle 100 : le logiciel européen en croissance, dynamisé par le Cloud
Les éditeurs de logiciels français ne connaissent pas la crise

crédit photo © Mopic / shutterstock.com

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur