5G en France : Orange et Ericsson préparent les premiers tests

Gestion des réseauxMobilitéOperateursProjetsRéseaux
4 106 Donnez votre avis

Orange et Ericsson viennent d’annoncer un accord pour initier les premiers tests applicatifs en France sur le futur réseau 5G. En amont de la normalisation de la future technologie de communication mobile.

La France va-t-elle enfin entrer dans l’ère de la 5G ? Alors que les expérimentations et annonces de tests grandeur nature, à travers des partenariats entre opérateurs et équipementiers, ont fleuri ces derniers mois aux Etats-Unis, en Corée, en Suède, au Japon, à Dubaï, en Espagne, en Russie ou encore au Royaume-Uni, la France semblait se tenir à l’écart de cette frénésie. Une posture désormais révolue. Orange vient de signer un accord avec Ericsson pour travailler « au développement et à la validation de plusieurs cas d’usage 5G ».

A coups de briques technologiques, expérimentations et projets pilotes, les deux partenaires développeront des cas d’usage et services s’appuyant sur la 5G. Les travaux porteront en particulier sur les accès Internet sans fil à ultra haut débit (plusieurs Gbit/s) dans les environnements périurbains et ruraux, l’Internet des objets (IoT) pour les applications industrielles critiques comme pour les usages du quotidien, la voiture connectée et, plus largement, la couverture mobile « ultra large ». Le partenariat permettra aussi de valider les réductions de coûts, l’amélioration de l’efficacité énergétique et l’utilisation des technologies de virtualisation du réseau (SDN/NFV) pour soutenir la transition de la 4G vers la 5G.

Tests à partir de 2017

Ericsson a d’ores et déjà présenté une gamme complète de solutions 5G autour du Massive MIMO (la multiplication des antennes pour augmenter les débits et le volume de connexions simultanées), le beamforming (pour assurer le suivi du signal), la virtualisation des fonctions réseau, la réduction de la latence, etc. De son côté, Orange a mené ses propres travaux dans le courant de l’année sur la commune de Belfort, afin de tester le comportement des ondes millimétriques (au-delà de 6 GHz) sur lesquelles s’appuieront en partie les technologies 5G. L’opérateur français et l’équipementier suédois entendent mettre en commun l’application de leurs travaux respectifs à partir de 2017, sans plus précision sur la période choisie, ni sur sa durée.

Pour Alain Maloberti, senior vice-président d’Orange Labs Networks, l’objectif « est d’être prêt pour un déploiement de la 5G en 2020 ». Arun Bansal, senior vice-président et responsable de la Business Unit Network Products d’Ericsson, rappelle pour sa part que « le déploiement de la 5G s’adressera non seulement au consommateur, afin de lui procurer une expérience optimale, que ce soit avec son mobile ou ses objets connectés, mais également aux industries dans le cadre de leur processus de transformation numérique ». Les tests seront effectués en amont de la validation des premières normes 5G, attendues courant 2018.


Lire également
La 5G générera 113 milliards d’euros en Europe en 2025
Comment la 5G va faire décoller le français Ommic
5G : Ericsson dépasse les 26 Gbit/s dans un labo de LG

crédit photo © Nikonaft – shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur