Accenture, Cisco et BT se rejoignent autour de l’Internet des objets

DéveloppeursGestion des réseauxM2MMobilitéOperateursProjetsRégulationsRéseauxSSII
IoT Internet of thing objets connecte
0 94 Donnez votre avis

Eliminer la fragmentation qui menace le développement massif de l’IoT. C’est la mission que se donnent les nouveaux membres dirigeants du Wireless IoT Forum.

Le secteur de l’Internet des objets (IoT) va-t-il poursuivre son développement sur la base de technologies normalisées ? C’est en tout cas l’objectif du Wireless IoT Forum. Créé fin mars dernier à Londres, cette nouvelle association se donne pour objet d’accompagner le développement de l’Internet des objets (IoT) en réduisant les fragmentations technologiques et en promouvant l’usage de standards ouverts. Notamment en encourageant l’usage des technologies sans fil à grande portée (Wireless WAN) utilisant à la fois des fréquences libres et soumises à licences et en composant un écosystème autour des opérateurs (mobiles et fixes), équipementiers, développeurs, fabricants de composants, gouvernements, intégrateurs et clients de secteurs verticaux.

Eliminer la fragmentation

Présidé par Will Franks (fondateur d’Ubiquisys) et dirigé par William Webbs (CEO), actuellement président de l’IET (Institution of Engineering and Technology), le Wireless IoT Forum n’avait jusqu’à aujourd’hui pas encore formé son conseil d’administration. C’est désormais chose faite. Le Forum a annoncé, le 30 juin, l’arrivée de Accenture, Arkessa (intégrateur M2M et IoT), l’opérateur BT, Cisco, Telensa (fournisseur spécialisé dans les villes connectées) et WSN comme membres du board.

La nouvelle équipe se donne pour mission d’éliminer la fragmentation qui est en train de s’opérer sur le terrain de l’IoT. Notamment sur celui des protocoles de communication qui risquent de complexifier l’interopérabilité pour les échanges entre réseaux d’objets connectés. Si LoraWAN, le protocole à l’origine développé par Semtech et aujourd’hui soutenue par l’Alliance éponyme (qui regroupe une quinzaine de membres, dont Cisco), s’oppose à la technologie propriétaire du français Sigfox, soutenu par Samsung, d’autres solutions propriétaires émergent en parallèle comme celle de Qowisio. Autant de technologies qui, par la fragmentation qu’elles induiront, risquent de ralentir le développement du marché de l’IoT.

Les conditions pour le marché de masse

Pour William Webb, « le risque de fragmentation est réel. Sans normes ouvertes largement soutenues, nous risquons de voir des poches de technologies brevetées se développer indépendamment, ce qui empêchera les bénéfices propres à un marché de masse. » « Comme le succès de la norme GSM dans le monde mobile l’a montré, travailler sur la base de normes industrielles ouvertes est essentiel pour assurer le succès sur le marché de masse », renchérit Mark Harrop, directeur du programme Mobile chez BT. « Voilà pourquoi il est important que le Forum travaille avec des membres clés de l’écosystème dès le début, afin de créer les conditions adéquates pour le marché de masse, sans dupliquer le travail effectué par les organismes de normalisation existants, résume Aidan Quilligan, directeur général d’Accenture Digital. Les standards ouverts sont le seul moyen de démarrer le processus visant à surmonter la fragmentation dans l’IoT. »

Le Wireless IoT Forum s’organisera en groupes de travail autour des questions de marketing et besoins sectoriels, d’examen des API standardisées et applications, de connectivité et réseau (à travers les problématiques de configuration, sécurité, accès radio étendu à faible consommation) et de régulation. Vaste programme, donc.


Lire également
LoRaWAN, un nouveau protocole pour l’Internet des objets
Les objets connectés ont leur cité en France
L’UIT se penche sur l’Internet des objets dans les villes

crédit photo © a-image – shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur