Un accord à double tranchant pour Cisco en Chine ?

CloudGestion des réseauxRégulationsRéseauxServeursSurveillance
Cloud, question © Serp - Shutterstock
5 4 Donnez votre avis

L’accord signé entre Cisco et le gouvernement chinois se traduira par un investissement de 10 milliards de dollars de la part de l’Américain.

Cisco exploite une nouvelle voie afin d’imposer ses équipements réseau et serveurs en Chine : des investissements massifs, associés à des accords avec des partenaires locaux.

Un accord a été signé avec le gouvernement chinois, avec à la clé un investissement de 10 milliards de dollars de la part de Cisco, étalé sur plusieurs années et couvrant des secteurs comme la R&D ou la création d’emplois locaux.

Plusieurs éléments stratégiques se placent derrière cette annonce. Cet accord permettra tout d’abord à Cisco de se maintenir face aux géants chinois des réseaux, comme Huawei. Mais aussi de s’implanter en Chine, où, pour des raisons de sécurité, les équipements réseau d’origine américaine restent aujourd’hui assez mal acceptés (en particulier suite à l’affaire des écoutes à grande échelle opérées par la NSA).

Cisco prend-il des risques ?

L’accord de quatre ans signé avec une centaine d’universités chinoises autour de la R&D devrait permettre de contribuer à rassurer le gouvernement chinois sur l’absence de backdoors dans les routeurs Cisco… mais aussi permettre à ce même gouvernement de percer les secrets de fabrications de ces produits.

Un accord à double tranchant donc, la Chine pouvant être tentée d’utiliser le savoir-faire de Cisco au sein des produits d’équipementiers locaux, tout en profitant au passage d’une manne de 10 milliards de dollars.

À lire aussi :
Cloud et collaboratif au centre de la stratégie Cisco en 2015
Cisco bat les prévisions de chiffre d’affaires des analystes
Des rachats pour IBM et Cisco : ruée vers OpenStack

Crédit photo : © Serp – Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur