Adblock : les opérateurs européens prêts à presser Google au partage

AppsMobilitéOperateursRégulationsRéseaux
4 22 3 commentaires

Selon la presse anglo-saxone, des opérateurs mobiles européens auraient un plan pour lancer une opération de blocage des publicités sur les pages web et les applications. Un moyen de pression pour que Google partage les revenus.

Les opérateurs mobiles européens sont excédés par le fait d’investir dans le réseau et de ne pas récupérer une partie de leur mise sur les revenus générés par les fournisseurs de services via la publicité en ligne. Pour résoudre ce problème, le Financial Times croit savoir que certains opérateurs ont décidé de passer à l’offensive en se dotant d’une arme particulière, un Adblock. Il s’agit d’une solution qui comme son nom l’indique permet de supprimer l’apparition de publicités dans les pages web et les applications.

Selon le quotidien anglo-saxon, le service aurait été développé par la société israélienne Shine. Un opérateur européen, non cité, aurait déjà intégré la solution de Shine dans ses datacenters et prévoit de l’activer d’ici la fin de l’année. Une menace qui ne concernera pas les publicités intégrées dans des flux comme sur Facebook et Twitter. A noter que le blocage de la publicité sera une option activable par les utilisateurs.

Pression sur Google : légale ?

La cible de cette opération est connue : Google. La firme de Mountain View monopolise une bonne partie des revenus publicitaires en ligne. Donner la possibilité de supprimer la publicité aux utilisateurs reviendrait à asphyxier le marché. Google va sûrement être obligé de réviser sa politique de partage de revenus publicitaires.

A moins que la société américaine se décide à attaquer en justice toute tentative de blocage en se prévalant des règles de la neutralité du Net. En France, Free avait essayé d’installer des adblockers dans ses Freebox, mais avait finalement reculé devant la pression du gouvernement en les désactivant. A suivre…

A lire aussi :

Adblock Plus a-t-il vendu son âme à Google, Microsoft et Amazon ?
NSA, une méthode pour surveiller les apps Android trop curieuses


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur