Air-Lynx pousse les réseaux 4G privés vers l’IoT et les smart cities

4GComposantsGestion des réseauxM2MMobilitéOperateursPolitique de sécuritéPoste de travailProjetsRéseauxSécurité

Fournisseur d’une solution de réseau 4G privé portable, Air-Lynx a séduit le jury du Trophée start-up Forum Numérique CXP Group pour son potentiel industriel concret.

Trophée start-up CXP Forum Numérique – Si Air-Lynx est bien une start-up, elle n’est pas inconnue à Silicon.fr qui lui a déjà consacré quelques lignes. Une première fois pour présenter l’offre de réseau 4G privé que nous considérions comme très innovante. Une autre fois, dans le cadre du Mobile World Congress (MWC) de Barcelone alors que cette jeune entreprise française, hautement technologique, annonçait l’adoption du protocole NB-IoT et LTE-M pour connecter les objets aux réseaux mobiles. Cette fois, Air-Lynx revient dans nos colonnes en tant que finaliste de la deuxième édition du Trophée Start-up Forum Numérique que le cabinet d’études CXP Group organise en partenariat avec Silicon.fr et notre publication sœur ITespresso.fr.

« Certes, Air-Lynx est un peu décentré par rapport aux domaines visés dans le concours (Big Data, l’intelligence artificielle, IoT, Saas/Cloud, NDLR) mais nous l’avons jugé très technologique sur l’angle de la sécurité et avec une ouverture sur l’Internet des objets intéressante qui permet d’attaquer le marché des smart cities, justifie Christophe Tilmont, responsable marketing et communication du CXP Group. C’est un candidat intéressant même si ce n’est pas une technologie purement IoT. »

Un potentiel industriel concret

Rappelons que l’entreprise créée en 2013 a mis au point une solution pour déployer un réseau 4G (LTE) en quelques minutes grâce à une station de base et un cœur de réseau (CPE) qui tient dans une (grosse) valise (et même en format sac-à-dos) et facilement transportable (une trentaine de kg). Elle a par ailleurs développé des solutions de communication privée (Push to Talk, vidéo partageable, géolocalisation) sous forme d’une application de communication MCPTT disponible sur tous les smartphones 4G Android. Si Air-Lynx apporte ainsi les services du haut débit mobile aux réseaux professionnels (Tetra, P25…) tout en assurant la sécurité des communications (notamment dans le cadre des opérations critiques), son offre adresse aussi les besoins d’extension de réseau et couverture des zones blanches, et la connexion bas débit des objets. L’offre d’Air-Lynx est par ailleurs interopérable avec les réseaux des opérateurs nationaux et s’adapte à n’importe quelle bande de fréquence. Bref, du réseau sur mesure pour ainsi dire.

C’est cette capacité industrielle qui a retenu l’attention du jury. « Par rapport à d’autres dossiers, plus orientés services en ligne et repackaging de choses existantes avec une faible empreinte de propriété intellectuelle, Air-Lynx apporte la preuve business de leur implication industrielle et technologique, commente Christophe Tilmont. C’est une vraie technologie concrète, dans le dur, et même si elle s’attaque à des poids lourds du marché (les équipementiers sur la partie télécom, Airbus sur la partie sécurité, NDLR), nous avons plutôt vu le potentiel industriel concret que l’aspect concurrentiel. »

De belles références

De fait, Air-Lynx s’offre déjà quelques belles références. A commencer par la SNCF, également représentée au sein du jury du CXP, qui utilise Air-Lynx pour ses besoins de surveillance de sites à l’aide de drones. Ou encore la DCNS (collectes de données des systèmes de mesure de bruits rayonnés) ou Caribsat (extension de couverture télécoms). « Air-Lynx affiche un chiffre d’affaires de 2 millions d’euros en 2015 avec peu de clients, c’est bon signe », juge le porte-parole du cabinet d’études. La start-up, qui ne souhaite pas communiquer sur le nombre de clients, entend doubler son chiffre d’affaires en 2017. Début 2016, elle a bénéficié d’une levée de fonds de 1,5 million d’euros. Et un deuxième tour de table est prévu pour le courant de l’année, probablement dans le courant de l’été. Sa sélection comme finaliste du Trophée CXP, parmi une trentaine de concourants, ne pourra que l’y aider.

« Nous sommes à la fois heureux et fiers d’être sélectionnés, se félicite Didier Raffenoux, co-fondateur et dirigeant d’Air-Lynx. Avoir été sélectionné par CXP, qui est une référence, nous encourage et réjouit toute l’équipe d’Air-Lynx. » Soit 25 personnes environ. Fort de ces encouragements, Air-Lynx va accentuer ses efforts sur les marchés de l’IoT et des smart cities. « Le fait que nous soyons capables de combiner haut débit LTE avec NB-IoT, ou LTE -M ou Lora, dans un même système plait beaucoup », poursuit le responsable qui rêve déjà de victoire. «  L’idée, si on gagne, nous permet d’assoir notre crédibilité et montrer notre utilité sur nos nouveaux marchés. » Réponse jeudi 15 juin, à l’occasion de la remise des trophée.


Lire également
Start-up Forum du Numérique : Tilkee remporte le trophée
Air-Lynx met la 4G au service des réseaux professionnels
Air-Lynx fait ses premiers pas dans l’Internet des objets et la 5G


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur