Alcatel-Lucent fait de Lannion son nouveau Bell Labs

4GMobilitéOperateursProjetsRégulationsRéseauxSurveillance
2 2 Donnez votre avis

Alcatel-Lucent a profité de la visite d’Emmanuel Macron pour annoncer un investissement de 30 millions d’euros sur le site de Lannion et confirmer le respect de ses engagements en matières d’emplois.

Lors de l’annonce de l’acquisition d’Alcatel-Lucent par Nokia, en avril dernier, Michel Combes avait annoncé son intention de renforcer les activités de R&D en France pour le futur ensemble, Nokia Corporation. « Nous allons passer de 2000 à 2500 chercheurs notamment avec le recrutement de jeunes diplômés en France avec un renforcement de Villarceaux et de Lannion », déclarait le directeur général de l’entreprise française. Il vient de donner les premiers gages de cette promesse.

Loïc Le Grouïec, président d’Alcatel-Lucent international, a en effet profité de la visite à Lannion d’Emmanuel Macron, ministre de l’Economie et des Finances, pour annoncer un investissement de 30 millions d’euros sur le site breton. Cette initiative vise à accorder à Lannion le statut de Bell Labs, du nom des fameux laboratoires de recherche technologique qui, depuis leur création au début du siècle dernier, ont engendré pas moins de huit prix Nobel de physique et chimie partagé par 13 scientifiques. Lannion est spécialisé dans le développement et la conception d’équipements radio autour de la 4G (et la future 5G), des services support et des logiciels réseau.

800 personnes

« C’est un choix délibéré de faire de Lannion un site pour aujourd’hui et demain avec un campus d’innovation ouvert sur l’international qui regroupe 800 personnes », a déclaré Philippe Keryer, directeur stratégie et innovation chez Alcatel-Lucent, selon des propos rapportés par l’AFP. Dans le cadre du plan Shift, Alcatel-Lucent avait regroupé, l’année dernière, la plupart de ses sites de R&D sur celui de Villarceaux, à la Cité de l’innovation à Nozay en région parisienne (Essonne). Lannion avait néanmoins été épargné par cette réorganisation des équipes visant à améliorer l’efficacité des recherches et des développements avec les partenaires, pour concentrer les activités de Orvault, Rennes et Toulouse. Lannion constituera donc le deuxième pôle français des Bell Labs avec celui de Villarceaux.

Pour le moment, aucun détail sur le calendrier d’ouverture de ce nouveau Bell Labs et les embauches attendues des chercheurs n’a été précisé. Ils devraient l’être dans les prochains mois. La question sociale figurait également au centre de la visite d’Emmanuel Macron. Le ministre entendait rassurer les syndicats sur le maintien des emplois du site. Nokia et Alcatel-Lucent se sont en effet engagés à ne supprimer aucun poste dans les deux ans à venir après la clôture de l’opération de fusion attendu au premier semestre 2016. Une promesse qu’à tenu à rappeler le porte-parole de Bercy. « Il y a des engagements très précis de pris en termes de maintien de l’emploi et de développement de la recherche, nous les finaliserons juridiquement et les suivrons de très près », a déclaré Emmanuel Macron, toujours selon l’AFP.


Lire également
Les produits de nouvelle génération d’Alcatel-Lucent en nette progression
Alcatel-Lucent automatise services et contrôle réseau avec NSP
Thales met la main sur les services de cybersécurité d’Alcatel-Lucent


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur