Alcatel-Lucent virtualise le réseau mobile de Telefónica

CloudGestion des réseauxMobilitéOperateursProjetsRéseauxVirtualisation
3 1 Donnez votre avis

Après les tests en laboratoire, Telefónica va déployer le routeur de service virtualisé d’Alcatel-Lucent sur son réseau de production.

Telefonica et Alcatel-Lucent poursuivent leur collaboration autour de la virtualisation du réseau mobile de l’opérateur espagnol. Les deux entreprises ont signé, le 8 juillet, un mémorandum d’accord (MoU) encadrant de nouveaux essais technologiques de virtualisation des fonctions réseau (NFV). « Ces opérations auront pour principal objectif l’amélioration des performances et du rendement du réseau pour répondre à la croissance de la demande en connectivité flexible », indique les deux partenaires dans leur communiqué.

Ce nouvel accord concrétise donc le travail qui unit l’équipementier et son client depuis plusieurs années déjà (les deux entreprises collaborent au moins depuis 2012 autour de l’amélioration des fonctions opérationnelles OSS). En février dernier, à l’occasion du Mobile World Congress (MWC) de Barcelone, Alcatel-Lucent et Telefónica présentaient la solution du français au sein d’un réseau entièrement virtualisé. La solution comprend les réseaux d’accès radio (vRAN), de distribution de contenus (vCDN), le cœur de réseau en mode paquet avancé (EVP) et le sous système multimédia IP (vIMS). La démonstration de Barcelone avait également montré la capacité du réseau virtualisé à supporter la VoLTE en organisant une vidéoconférence à quatre.

Le virtuel aussi performant que le matériel

Par ailleurs, Telefónica a testé, en laboratoire, le routeur de service virtualisé (VSR) de l’équipementier. Selon les tests, ce routeur destiné au réseau virtualisé et administrable par le Service Aware Manager 5620, apporterait une performance de débit en ligne équivalente aux routeurs matériels en parallèle desquels il peut d’ailleurs être déployé. Le nouveau partenariat vise donc à poursuivre ces expérimentations dans un environnement de production. Telefónica n’a pas précisé sur quelle partie de son réseau commercial il déploiera le routeur virtuel dans un premier temps. Il en profitera également pour explorer d’autres éléments du portefeuille NFV d’Alcatel-Lucent dont l’EVP, le contrôleur de session en périphérie virtualisé (vSBC) et le vCPE (qui permet de gérer des fonctions comme le firewall, le contrôle d’accès, la gestion des règles…).

Avec la virtualisation des fonctions réseau, les opérateurs peuvent automatiser nombre de tâches et ainsi de baisser les coûts de fonctionnement tout en ouvrant la possibilité de lancer de nouveaux services plus rapidement que par une gestion matérielle du réseau. Le NFV, et son pendant SDN (Software Defined Networks) pour la gestion logicielle des services (notamment apporté par Nuage Networks, la filiale en mode start-up d’Alcatel-Lucent), permettent de préparer les réseaux mobiles à l’intensification de leurs usages, notamment face à l’arrivée annoncée comme massive des objets connectés. Ces nouvelles méthodes de construction et gestion des réseaux s’inscrivent également dans les technologies en cours de normalisation dans la future 5G attendue pour 2020. De son côté, Alcatel-Lucent revendique une trentaine de déploiements de sa plate-forme NFV CloudBand dans le cadre de projets clients pilotes.


Lire également
Alcatel-Lucent propose une approche cloud pour les opérations réseaux
Le marché SDN et NFV des opérateurs atteindra 11 milliards de dollars en 2018
Big Data, M2M et NFV au secours des opérateurs

crédit photo © Syda Productions – shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur