Windows 10 fait remonter une foule de données à Microsoft

Editeurs de logicielsOSPolitique de sécuritéPoste de travailProjetsSécurité
31 80 4 commentaires

Diverses informations sont transmises à Microsoft lors de l’utilisation de Windows 10, ou synchronisées sur le Cloud. Un paramétrage minutieux de l’OS sera nécessaire pour limiter ce phénomène.

Numerama appelle les utilisateurs à faire attention lors de l’installation du dernier système d’exploitation de Microsoft, Windows 10. Par défaut, les options liées à la confidentialité des données personnelles sont en effet assez relâchées.

Entre autres dérives appliquées par défaut : l’envoi de diverses informations (frappes au clavier, saisie vocale, etc.) à Microsoft, a fins d’amélioration de ses logiciels ; la transmissions de données aux applications, pour ciblage publicitaire ; la géolocalisation du PC et le suivi des déplacements ; l’envoi des données de navigation Internet. Toutes ces options peuvent être modifiées après l’installation, mais il est vivement conseillé de prendre les devants.

L’assistant vocal Cortana est également un parfait petit espion, qui collecte diverses informations. Chose d’autant plus logique qu’il est sensé apporter des réponses pratiques aux questions des utilisateurs (et se doit donc de tout voir). Dans le doute, il peut être bon de ne pas l’activer.

Une synchronisation un peu trop automatique

Autre souci, des données critiques, comme les clés de récupération BitLocker, sont automatiquement sauvegardées sur votre compte OneDrive. Certaines données système sont ainsi transmises sur le Cloud, sans que l’utilisateur en soit averti. Seule parade pour éviter la synchronisation des données système, ne pas se connecter avec un compte Microsoft. Là encore, une option assez bien cachée dans l’assistant d’installation.

Les nouvelles conditions d’utilisation proposées pour Windows 10 permettent à Microsoft de collecter et partager des données avec le consentement de l’utilisateur, où lorsque le besoin s’en fait sentir. Des termes flous, qui permettront toutes les dérives possibles et imaginables. Le bon point est que Microsoft demande maintenant l’avis à ses utilisateurs. Les données de télémétries étaient auparavant remontées à la firme sans même que ses clients soient au courant, ou puissent s’y opposer.

Il n’en reste pas moins que ce phénomène ‘à la Facebook’, où l’utilisateur doit décocher de multiples cases réparties dans tout l’environnement de travail pour voir ses données protégées, devient aussi commun qu’agaçant. À quand la touche magique « ne collecter aucune donnée » ?

À lire aussi, notre dossier Windows 10 :
Windows 10 : l’OS metro-desktop efficace, mais dense (épisode 1)
Windows 10 : l’OS multidevices réellement allégé ? (épisode 2)
Windows 10 : les performances du navigateur Edge réalistes ? (épisode 3)
Windows 10 : un mini Office, basique, mais gratuit (épisode 4)
Windows 10 : la sécurité et l’authentification renforcées (épisode 5)
Windows 10 : un modèle commercial avantageux (épisode 6)

Crédit photo : © Carlos Amarillo – Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur