Avec Cash, Amazon s’adresse aux 9 millions de foyers américains sans banque

GouvernanceRégulations
Amazon Cash
3 10 Donnez votre avis

Amazon Cash permet aux clients de la firme de recharger leur compte avec de l’argent sonnant et trébuchant. Une offre réservée aux États-Unis… pour le moment.

À une époque où les États – en particulier européens – tentent d’éliminer l’usage d’argent liquide dans les achats, l’arrivée d’Amazon Cash est une véritable aubaine pour les aficionados du billet… vert.

Ce service, qui n’est actuellement accessible qu’outre-Atlantique, permet de recharger son compte Amazon avec du cash. Il suffit pour ceci de se rendre chez un des commerçants partenaires de la firme, muni d’un code-barres fourni par Amazon. Le commerçant pourra alors créditer le compte Amazon de l’utilisateur avec l’argent liquide qu’il lui fournira. De 15 à 500 dollars par transaction.

Amazon Cash est une alternative aux cartes cadeaux Amazon pour alimenter son compte. Et effectuer par la suite des achats sur le site du géant de l’e-commerce américain.

33,5 millions de foyers américains directement visés

Le service Amazon Cash est la dernière initiative en date des grands noms du web pour capter l’argent liquide des consommateurs américains. La firme emboîte ainsi le pas à PayPal, qui propose un service similaire, du nom de My Cash. Mais aussi à Walmart et son service MoneyCard.

Ces trois sociétés répondent ainsi aux besoins de ceux privilégiant le cash pour leurs achats, soit par choix, soit par nécessité. Un rapport de la FDIC, une agence américaine chargée de garantir les dépôts bancaires, indique en effet qu’en 2015, 7 % des foyers américains ne disposaient pas de compte en banque. Et 19,9 % de plus sont mal couverts par les services bancaires. Soit environ 27 % de foyers (33,5 millions) susceptibles d’être intéressés par Amazon Cash et ses concurrents.

À lire aussi :

Amazon Game Studios veut se faire une place dans le monde du jeu vidéo
Amazon recrute 1500 personnes en France y compris pour AWS
Avec Chime, Amazon se lance à l’assaut de Skype for Business


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur