AMD lance enfin ses puces ARM pour datacenters

CloudComposantsPoste de travailServeurs
AMD opteron A1100
3 8 Donnez votre avis

Après de longs mois d’attente, les Opteron A1100 d’AMD sont enfin disponibles. Des composants ARM qui trouveront place dans des microserveurs et des systèmes de stockage.

Disponible depuis de nombreux mois en version de test, la première génération de puces ARM 64 bits signée AMD est maintenant officiellement disponible.

La firme n’a pas placé la barre très haute pour cette première fournée, avec des composants qui plafonnent à 8 cœurs Cortex-A57 cadencés à 2 GHz. Pas de quoi inquiéter Cavium, qui aligne jusqu’à 48 cœurs ARM par puce. C’est donc plutôt le marché des serveurs ‘de base’ que souhaite adresser AMD aujourd’hui.

Les Opteron A1100 sont accessibles dans trois versions :

  • A1120 : 25 W, 4 cœurs à 1,7 GHz, 2 Mo de cache L2, 8 Mo de cache L3 ;
  • A1150 : 32 W, 8 cœurs à 1,7 GHz, 4 Mo de cache L2, 8 Mo de cache L3 ;
  • A1170 : 32 W, 8 cœurs à 2 GHz, 4 Mo de cache L2, 8 Mo de cache L3.

Le contrôleur mémoire propose un support de la DDR3 (maximum de 4 x 8 Go, soit 32 Go) et de la DDR4 (maximum de 4 x 32 Go, soit 128 Go), avec gestion ECC pour la correction d’erreurs. Nous sommes bien face à des SoC dédiés aux serveurs.

Autre bonne surprise, la présence de 14 ports Sata à 6 Gb/s. Une caractéristique qui fait de cette puce un excellent concurrent de l’offre d’Annapurna Labs pour des systèmes de stockage en rack. Chose d’autant plus vraie que deux ports Ethernet à 10 Gb/s sont intégrés en standard dans ce composant.

Dernier point intéressant, la présence d’un bus PCI Express Gen3 8x. Certes, les puces pour PC font aujourd’hui mieux, mais des débits de 7,9 Go/s pourront être atteints, ce qui est plus que correct. Bien évidemment, serveur oblige, aucun GPU n’est intégré dans l’Opteron A1100.

SoftIron Overdrive 3000
SoftIron Overdrive 3000

Coincé par les Opteron x86

Les prix des Opteron A1100 n’ont pas été officiellement communiqués, même si AMD évoque un tarif de gros d’environ 150 dollars pour le modèle le plus puissant. Là encore, c’est donc face aux Atom Serveurs et aux puces d’Annapurna Labs que se positionne AMD. Avec un équipement à la hauteur, mais une consommation électrique peu favorable.

AMD ne peut se permettre de concurrencer ses Opteron x86 et a donc choisi de faire de l’Opteron A son Atom C. Espérons que la prochaine génération d’Opteron A adopte au moins des cœurs Cortex-A72, afin de rehausser les performances de l’ensemble.

Un premier serveur rack est proposé par SoftIron, l’Overdrive 3000. Son prix public n’a pas été communiqué par la société. Côté fiche technique, la société évoque un Opteron 8 cœurs, probablement l’A1170. 16 Go de RAM et un disque dur de 1 To sont proposés en standard. Le tout sous openSUSE.

La société lance également Beaconworks, un programme dédié aux early adopters et centré autour du stockage. L’influence de SUSE, qui s’est lancé cet été dans le secteur des appliances Ceph (voir « Stockage : SUSE dégaine une offre SDS iSCSI sur base Ceph »), est visible. Et logique aussi. Rappelons en effet que l’OS de l’éditeur n’est pas accessible sur les machines ARM 32 bits, et donc sur les puces Annapurna Labs. L’Opteron A1100 n’a pas ce défaut et sera ainsi une plate-forme idéale pour les solutions de stockage de SUSE.

Nous le voyons donc, certains acteurs ont placé leurs pions dans l’ombre afin de se positionner sur l’offre ARM d’AMD dès sa sortie. Les développeurs attendront pour leur part la sortie de la carte low cost HuskyBoard. Une 96Board qui utilisera la version 4 cœurs de l’Opteron A1100, sera probablement limitée à un maximum de 16 Go de RAM et ne proposera que trois connecteurs Sata et une prise réseau en Ethernet Gigabit. Son prix devrait toutefois être compétitif.

À lire aussi :
Open Source : AMD drague les développeurs avec l’initiative GPUOpen
96Boards : un OS serveur, en attendant les nouvelles cartes ARM
Pine64 : un ordinateur ARM 64 bits à 15 dollars


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur