American Airlines s’envole dans le Cloud avec IBM

Business IntelligenceCloudData & StockageDatacentersDSIIAASPAASProjets
3 65 Donnez votre avis

IBM vient de gagner un gros contrat en signant avec la compagnie American Airlines pour migrer ses applications vers le Cloud public.

American Airlines a finalement jeté son dévolu sur IBM pour la migration de plusieurs applications internes vers le Cloud public. La compagnie aérienne a indiqué, dans un communiqué, qu’elle souhaitait déplacer en priorité une partie de son site web client (1,2 million de visiteurs par jour en été) et des applications de back-office vers le Cloud public. Le montant de l’accord n’a pas été dévoilé par les deux protagonistes.

Dans son appel d’offres, American Airlines avait retenu 3 candidatures : IBM, Microsoft et Amazon Web Services. En septembre dernier, la compagnie avait expliqué au Wall Street Journal que les évaluations avançaient et que le résultat serait annoncé dans quelques mois. Plusieurs critères ont été jugés comme la qualité du réseau, la résilience du système face aux risques de pannes ou d’erreur. Le transport aérien a été, ces dernières années, soumis à ce type de tracas comme le montrent les récentes mésaventures de Delta Airlines ou British Airways.

Une offre complète

Dans le cadre de l’accord, IBM va fournir « une large gamme de logiciels et de services pour l’infrastructure, ainsi que de l’analyse de données et l’offre Watson », explique Patrick Grubbs, vice-président de la division voyage et transport chez IBM. La migration vers le Cloud public de Softlayer  s’accompagnera de l’intégration du PaaS Bluemix pour moderniser les applications de la compagnie aérienne. A noter qu’IBM est depuis longtemps un partenaire d’American Airlines, notamment en ayant créé la plateforme de réservation en ligne Sabre.  

Cette annonce du contrat avec IBM intervient alors qu’AWS organise sa grande messe Re :invent à Las Vegas. Le leader du Cloud public aura certainement à cœur de répondre à Big Blue via la signature de ses derniers contrats. La course au ‘name dropping’ de clients est bel et bien lancée.

A lire aussi :

T-Systems, HPE et IBM en lice pour le Cloud hybride du CERN
Cloud : IBM efface discrètement SoftLayer au profit de Bluemix

Photo credit: Stuck in Customs via Visual hunt / CC BY-NC-SA

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur