Logiciels

Analyse: crise boursière, quel impact sur les investissements IT?

economy
6 3 1 commentaire

Apple atteint des sommets et dépasse le géant du pétrole Exxon Mobile ! Et IBM reste solide aussi. Mais des incertitudes subsistent

His-to-ri-que! Au moment où la capitalisation d’Apple bat des records pour se placer au 1er rang mondial devant le géant du pétrole Exxon Mobil , on s’interroge sur l’impact de l’actuel ‘yoyo’ boursier auprès des sociétés ‘high tech’. Chaque jour, on s’attend à un nouveau ‘krach’, les banques européennes étant notamment sous les projecteurs.

Donc, c’est officiel, Apple est devenu ce 10 août, au moins durant un certain laps de temps, la plus importante capitalisation boursière mondiale avec plus de 337 milliards de dollars. Exxon Mobil affichait alors une capitalisation de « seulement » 330,8 milliards de dollars (cf. article: ‘Apple, première capitalisation mondiale‘).
Pourtant, depuis le début de l’année, et surtout depuis début août, les valeurs technologiques n’échappent pas aux secousses boursières. Le Nasdaq, marché boursier de New York dédié aux valeurs dites « technologiques », est à nouveau mis à mal, alors qu’il venait de retrouver le niveau historique de 2007. Il est à -12% depuis le début du mois d’août.

Certes, les incertitudes liées à la situation financière des banques expliquent en grande partie cette situation. Parmi les raisons concrètes et immédiates, certains analystes parlent de la situation du Japon, de la catastrophe du tsunami et l’accident de la centrale de Fukushima. Mais faut-il invoquer le report du décollage du marché de la 3D??
Depuis plusieurs mois, la capacité de financement s’est de nouveau emballée, et beaucoup d’analystes ont évoqué l’ombre d’une possible bulle spéculative face aux introductions en Bourse qui s’annoncent spectaculaire, comme celle de Facebook, notamment.

Toutes les valeurs sont affectées
Tout le monde, ou presque, trinque dans le secteur high-tech, y compris les plus solides comme HP, Intel. Citons aussi Oracle, lui aussi touché et stoppé dans son nouvel élan, alors qu’il se sort d’une lourde digestion de Sun Microsystems, entre autres récentes acquisitions (Pillar…). De même, le géant coréen Samsung a beaucoup reculé, et la décision de justice en Allemagne qui donne raison à Apple (cf. notre article) n’arrange pas ses affaires.
( suite : article, p. 2)