Analytique, IoT, S/4 et SaaS : amas de Cloud chez SAP

Business IntelligenceCloudData & StockageERPLogicielsPAAS
2 26 Donnez votre avis

L’ERP S/4 basé sur Hana tarde à s’enrichir de modules. SAP l’étend en l’intégrant étroitement à ses offres SaaS et autres applications. Précisions sur les technologies et disponibilités des clouds analytique et Internet des Objets.

En tant qu’acteur de premier plan de l’ERP, SAP se doit de montrer l’évolution de sa solution S/4 (sur site et Cloud) à chacune de ses manifestations. De nombreuses présentations et ateliers y étaient donc consacrés lors du TechEd, qui se tenait la semaine dernière à Barcelone. Après les rachats de solutions analytiques (Business Objects, Kxen, etc.) par l’éditeur, ses clients attendaient avec intérêt la concrétisation de l’offre Cloud décisionnelle de SAP, au-delà de la seule partie planification. Une offre qui commence à se structurer. Enfin, l’éditeur est revenu sur son offre Cloud liée à l’Internet des Objets, démonstrations à l’appui.

S/4 complété, mais pas de nouveaux modules

Sven Denecken, SAP
Sven Denecken, SAP.

Avec S/4 Hana, le leader mondial de l’ERP est confronté à un problème : comment faire accepter une rupture technologique, qu’il estime stratégique et indispensable, sans recréer le syndrome R3 ?
« Pour quelque temps, nous assisterons à une coexistence entre notre Business Suite ECC 6, dont nous avons annoncé le support jusqu’en 2025, et S/4 Hana », concède Sven Denecken, ‎vice-président sénior en charge du produit et de la co-innovation autour de S/4 Hana chez SAP. « Certaines entreprises utilisent déjà S/4 pour étendre les possibilités d’ECC6. Ainsi, il vaut parfois mieux signer une affaire de 400 000 euros avec plus de marges qu’une autre à un million d’euros apparemment plus intéressante. Une analyse trans-applications qui peut être effectuée en temps réel par S/4 qui, via Fiori, peut afficher cette alerte dans ECC6.»

Line of Business Solutions: plus d’intégration sur site que sur le cloud.
Line of Business Solutions : plus d’intégration sur site que sur le Cloud.

S/4 sur site ou en mode Cloud fonctionnant uniquement sous la base de données Hana, la migration n‘est pas aisée. Sans parler du portage de l’existant qui commence à se faire attendre. Pour pallier ce problème de couverture fonctionnelle de son ERP, SAP annonce une première initiative avec ses SAP S/4 Hana Line of Business Solutions. En utilisant S/4 Hana Enterprise Management (socle technique de S/4), l’éditeur a intégré très étroitement Success Factors, Ariba, Concur et FieldGlass, mais aussi certaines de ses applications traditionnelles. Cela donne naissance à plusieurs solutions estampillées S/4 Hana : Human ressources, Supply Chain, Manufacturing, Asset management, Sales, Marketing and Commerce (avec SAP Hybris) et Service.

Certes, la base de données In-Memory et en colonne Hana optimise les performances et l’espace des bases de données. Cependant, Oracle, IBM, Microsoft ou d’autres proposent aussi ces mécanismes. « En fait, leur intégration de ces technologies est moins évoluée et ils composent beaucoup plus avec l’existant », précise Sven Denecken. « Par exemple, ils proposent tous les procédures stockées. Or elles augmentent les coûts de maintenance et sont un frein aux évolutions et aux mises à jour. Sous Hana, tout cela repose sur du calcul (sans stockage de données). Des calculs pratiqués en temps réel et à la volée, et pouvant même faire appel à plusieurs applications.»

Un outil pour gérer la vie de S/4

Concernant les mises à jour et les évolutions de S/4 Hana, la version Cloud en bénéficie automatiquement. Pour la version sur site, SAP recommande – sans en faire une obligation – d’intégrer au plus tôt les mises à jour proposées quatre fois par an. Ce qui est le rythme actuel des mises à niveau sur le Cloud.

« Nous proposons depuis peu SAP Activate permettant à l’utilisateur de gérer le cycle applicatif de S/4, migration depuis ECC6, implémentation, mises à jour/testing/validation, déploiement (Cloud ou sur site), extension, gestion, etc. », explique Sven Denecken. « Basé sur de bonnes pratiques, une méthodologie et une configuration assistée, Activate propose aussi des processus évolués prêts à l’emploi et personnalisables. Le tout favorise la maitrise de l’application en procurant des gains de temps appréciables. »

Un Cloud analytique développé ad-hoc

Tout l’analytique sur un seul cloud
Tout l’analytique sur un seul Cloud.

Outre le connecteur Hadoop Vora, SAP se devait se proposer une offre analytique sur le Cloud.
En mars dernier, l’éditeur annonçait la disponibilité de Cloud for Planning. Rebaptisée C4A for Planning, la solution a été étendue pour donner naissance à SAP C4A ou Cloud for Analytics.

Contrairement à ce que pourrait suggérer la notion marketing de “Cloud Analytique”, la suite est en fait une brique de la fondation de Hana Cloud Platform (HCP). C4A se propose de répondre à tous les besoins : planifier, découvrir, visualiser et prédire. Aux côtés de C4A for Planning, la fonction BI est en fait l’héritage de Lumira Cloud (qui sera à terme remplacé par SAP C4A).

« Notre objectif consiste à proposer tout l’analytique en une seule solution intégrée, conçue spécifiquement pour le Cloud », précise Jayne Landry, directrice Advanced Analytics (Predictive Analytics) chez SAP. « Si Cloud for Analytics repose sur Hana Cloud Platform, toute source de données (sur site ou Cloud) est acceptée. D’ailleurs l’accès intégral aux Univers Business Objects sera possible dès le premier trimestre 2016. En outre, en mode PaaS, les fonctions de BI deviennent accessibles par toutes les applications reposant sur ou utilisant la plateforme. »

Architecture de C4A
Architecture de C4A.

Néanmoins, actuellement seules la Business Intelligence, la visualisation/exploration de données (ex Lumira Cloud) et la planification sont disponibles. L’analyse prédictive reprenant – entre autres – les algorithmes KXen sera disponible au premier trimestre 2016, et le module “Gouvernance, Risques et Conformité” devrait suivre. A terme, la solution unique sur le Cloud devra proposer tout l’arsenal analytique, équivalent et isofonctionnel aux solutions sur site.

Cette approche de Cloud unique permet les abonnements packagés. Ainsi, les fonctions BI sont proposées à 20 euros par mois et le module planning à 115 euros par mois et par utilisateur. Les deux ensemble ne coûtant que 120 euros par mois.

L’Internet des objets en action

Parmi les solutions déjà annoncées, SAP a lancé Vehicles Network en Europe (déjà disponible aux Etats-Unis), première application verticale de son Cloud pour l’Internet des Objets (IoT Cloud). La solution permet aux utilisateurs de porte-monnaie mobiles ou d’applications, ou à des intégrateurs de l’automobile, de payer son plein ou sa place de parking, par exemple. Plusieurs acteurs européens spécialisés dans la gestion des parkings annoncent déjà des développements sur cette base, comme EasyPark, ParkCloud ou OPG Center-Parking.

SAP TechEd fut aussi l’occasion de montrer la simplicité du développement d’applications via SAP IoT Cloud, la solution maison pour gérer les objets connectés. Après la connexion des objets (via une interface très simple, comme le prouvait la démonstration), et une bonne gestion de la connectivité avec les droits associés, le flux de données démarre, et les règles prédéfinies peuvent s’appliquer pour savoir quoi conserver ou non, quoi analyser, etc. « Il ne suffit pas de pouvoir capturer de gros volumes d’information pour les analyser », explique Tanja Rueckert, vice-présidente, IoT et Customer Innovation chez SAP. « Encore faut-il que les utilisateurs métier ou les informaticiens puissent poser des questions sur ces informations, ou les intégrer à d’autres applications, plateformes, etc. »

La solution n’utilise pas forcément Hana. En effet, les coûts pourraient alors vite exploser selon les volumes traités et le nombre de transactions. D’ailleurs, pour les très gros volumes, SAP recommande plutôt Sybase IQ.

« Nous co-développons actuellement, avec des clients et des partenaires, des fonctions prédictives pour IoT Cloud, basées sur des librairies d’algorithmes, dont Kxen. Nous proposons également des frameworks applicatifs prépackagés intégrant IoT et CRM, ou encore la logistique », ajoute Tanja Rueckert. SAP Teched Barcelone s’est terminé sur des démonstrations de développement et de mise en œuvre du Cloud IoT, simples et très applaudies par un public majoritairement composé de développeurs.

A lire aussi :

SAP veut faire battre le cœur numérique des entreprises au rythme de Hana

SAP Simple Finance ne fait pas encore l’unanimité chez les utilisateurs

SAP construit le futur de son CRM autour de Hybris

 


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur