Android, le troisième OS mobile le plus populaire au monde

Réseaux
0 0 2 commentaires

Le Gartner confirme la bonne tenue d’Android sur un marché mondial des terminaux mobiles en croissance de près de 14% au deuxième trimestre.

Qui arrêtera Android? Une nouvelle étude de Gartner (baptisée Competitive Landscape: Mobile Devices, Worldwide, 2Q10) vient confirmer l’analyse de Canalys sur la domination d’Android sur le marché des OS mobiles outre Atlantique au deuxième trimestre. « Android est devenu le troisième système d’exploitation pour smartphones le plus populaire dans le monde et revendique la première place aux Etats-Unis », écrit le Gartner.

Avec plus de 10,6 millions de terminaux équipés d’Android dans le monde au cours de la période (17,2% du marché des smartphones), l’OS de Google a bel et bien volé la vedette à l’iOS d’Apple qui peine à atteindre les 9 millions (8,74 millions, 14,2%). Le petit robot vert de Mountain View menace même RIM/BlackBerry OS qui s’en tire de justesse avec 11,2 millions (18,2%). En revanche, il est encore loin de menacer la suprématie de Nokia qui s’impose sans discussion avec ses 25,4 millions de plates-formes Symbian distribuées (51% du marché). Microsoft reste dans les choux avec à peine 3 millions de Windows Mobile adoptés (5%).

gartnerosmobile10q2.jpg

La plate-forme de Redmond est la seule (avec Linux) à régresser sur un marché en croissance annuelle de 13,8% à période comparable. Pas moins de 325,6 millions de terminaux ont été distribués sur la période. Nokia s’en arroge 34,2% (111,5 millions de terminaux) et reste le numéro 1 des vendeurs de téléphones mobiles devant Samsung (65 millions d’appareils pour 20,1%), LG (29,3 millions, 9%) et RIM/BlackBerry (11,2 millions, 3,4%) presque à égalité avec Sony-Ericsson (11 millions, 3,4%). A part LG, Sony-Ericsson et Motorola, tous les constructeurs progressent. Y compris les plus modestes dont la part de marché est passée de 16,1% avec 46 millions en 2009 d’unités à 19,3% avec plus de 62,6 millions de terminaux commercialisés cette année.

Ils ont notamment été portés par le succès des smartphones dont la croissance est évaluée à 50,5% sur le second trimestre (toujours par rapport à 2009) avec 61,6 millions d’unités au deuxième trimestre 2010. L’attraction des smartphones combinée au succès d’Android explique notamment la montée en puissance de près de 140% du taïwanais HTC qui entre cette année dans le top 10 par la 8e place avec près de 6 millions de terminaux (contre 2,4 millions un an plus tôt).

gartnermobile10q2.jpg

Mais l’industrie est plombée par une baisse des prix moyens. « Nous attribuons ce déclin tarifaire à un dollar fort, la dépréciation de l’euro et une intense compétition qui conduit les ajustements de prix et des changements dans les gammes de produits », estime Carolina Milanesi, vice-président Recherche chez Gartner. De plus, le secteur a été marqué par une pénurie de certains composants dont les écrans AMOLED (matrices organiques LED), ce qui a probablement impacté les ventes des terminaux les plus populaires.

Encore heureux que les smartphones n’aient pas été trop inquiétés par la concurrence des tablettes tactiles, iPad en premier lieu. « Fondamentalement, comme nous l’avions prévu, la croissance soudaine des supports tablette, tels que l’iPad d’Apple, ne semble pas freiner les ventes smartphone, poursuit l’analyste. Nous croyons que la plupart des utilisateurs de tablette ont encore besoin d’un véritable dispositif au format de poche, mais très puissant, pour les situations où il est incommode de porter un appareil avec un facteur de forme plus grand. »

Si l’arrivée de nouvelles versions d’OS mobile (Android 3.0 pour octobre, le récent BlackBerry 6.0, Windows Phone 7…) continuera de stimuler les ventes, le marché pourrait bien connaître un phénomène de concentration. « Nous pensons que la part du marché des OS mobile va se consolider autour de quelques fournisseurs clés d’OS qui bénéficieront du meilleur soutien des opérateurs et développeurs, et d’une forte notoriété auprès des consommateurs et des entreprises clientes », analyse Carolina Milanesi. Le Gartner mettrait-il déjà Windows Mobile sur la touche?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur