Andy Grove, le co-fondateur d’Intel n’est plus

ComposantsPoste de travail
2 9 Donnez votre avis

Andy Grove est décédé à l’âge de 79 ans. Il a été le co-fondateur d’Intel et celui qui a permis au fondeur de prendre la voie des microprocesseurs. Il était aussi un manager reconnu.

Andrew S. Grove s’est éteint à l’âge de 79 ans. Cette figure charismatique de la Silicon Valley était présente dès la création d’Intel en 1968, avec les co-fondateurs Robert Noyce et Gordon Moore. Andy Grove est devenu ensuite président de la firme en 1979, puis comme CEO à partir de 1987. Il a occupé les fonctions de Président du conseil d’administration d’Intel dans la période 1997-2005.

L’actuel CEO Brian Kzranich rappelle la contribution d’Andy Grove : « Andy a fait l’impossible, maintes et maintes fois et inspiré des générations de responsables technologiques, d’entrepreneurs et de chefs d’entreprise de premier ordre. » Dans une contribution de blog en forme d’hommage, Intel retrace le parcours de cette figure marquante de l’histoire de la Silicon Valley et de l’essor des PC. « Que ce soit au cours du temps passé au sein d’Intel ou tout au long de sa retraite, Andy Grove a été l’une des figures les plus influentes de la technologie et des affaires, écrivant des livres best-seller et des articles largement cités pour évoquer un éventail de questions publiques importantes. »

Le virage des microprocesseurs

Andy Grove et sa femme, Eva, étaient mariés depuis 58 ans. Ils ont eu deux filles et huit petits-enfants. Né à Budapest (Hongrie) sous le nom de András Gróf, il a enduré l’occupation nazie avant de subir la répression soviétique. C’est en 1956 qu’il immigre aux Etats-Unis où il fait ses études de chimie au City College de New York puis à l’Université de Berkeley en 1963 où il obtient son PhD (thèse).

Il est ensuite embauché par Gordon Moore au sein de Fairchild Semiconductor en tant que chercheur. Il y gravira les échelons dans son centre de R&D. Lorsque Robert Noyce et Gordon Moore quittent Fairchild pour créer Intel, Andy Grove est alors le premier salarié de la société.

Andy Grove a joué un rôle clef dans la success story d’Intel. Alors qu’Intel avait été pionnier de la mémoire DRAM (Dynamic Random Access Memory), il soumet à Gordon Moore l’idée de focaliser Intel sur les processeurs plutôt que les puces de mémoire vive, explique ITespresso.

Un management efficace

Le contexte est celui d’une concurrence acharnée avec des fabricants high-tech japonais qui ont recours à des pratiques de dumping pour acquérir des parts de marché. Andy Grove a fait preuve de capacités de prises de décision stratégique pour imposer Intel sur le marché des semi-conducteurs. Sous son ère, la firme IT américaine a aussi augmenté substantiellement son chiffre d’affaires passé de 1,9 milliard de dollars à plus de 26 milliards de dollars.

En effet, sous sa direction, Intel a largement contribué à essor de l’ère PC, produisant des processeurs tels que les 386 et les Pentium en 1993. Ces derniers ont toutefois été marqués par une erreur de conception (qui conduisait à une faille découverte par un chercheur), suite à une modification de leur SSM (System Management Mode) en 1997.

Son leadership a aussi été marqué par ce qui a été qualifié de « guerre froide » avec AMD (Advanced Micro Devices) qu’Andy Groove qualifiait de “Milli Vanilli des semi-conducteurs”, en référence au duo de chanteurs d’origine allemande taxé de supercherie.

Ses livres, tels que « High Output Management » (1983) et « Paranoid Survive » (1999), sont devenus des références dans le domaine du management. Il reste aussi associé à de généreuses contributions financières pour des œuvres caritatives.

A lire aussi :

Processeurs : la fin de la loi de Moore… et le début de l’incertitude

Intel ouvre la voie du NUC aux stations de travail ultra compactes


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur