Architectures hyperconvergées : changement de pied pour HP

CloudData & StockageDatacentersServeursVirtualisation
2 45 Donnez votre avis

Le leader mondial des serveurs HP abandonne l’architecture Evo:Rail de VMware pour se concentrer sur sa technologie StoreVirtual. Les places sont chères sur ce marché des systèmes convergés, qui a connu une croissance de 30 % l’an dernier.

HP et Evo:Rail, c’est fini. Rappelons que ce modèle d’architecture convergée (unissant calcul, stockage, réseau et virtualisation dans un produit unique à l’interface simplifiée) a été lancé par VMware lors de son événement VMworld de 2014, afin de contrer la montée en puissance des start-up du domaine (à commencer par Nutanix et Simplivity). L’initiative a été immédiatement suivie par Dell, Fujitsu et EMC, puis rejointe en octobre 2014 par HP. Or, comme l’a confirmé le constructeur à nos confrères de The Register, les ventes des systèmes ConvergedSystem 200-HC Evo:Rail ont été interrompues le 15 juillet. « Nos clients nous ont dit qu’ils cherchaient une approche plus flexible et plus ouverte afin de suivre les changements du marché, changements dont le rythme reste imprévisible », explique le constructeur en guise de justification.

La décision du n°1 mondial sur le marché des serveurs est évidemment une mauvaise nouvelle pour l’architecture conçue par VMware, même si l’éditeur semble, lui, décidé à poursuivre ses investissements sur cette technologie (à l’œuvre où nous écrivons ces lignes, 14 offres d’offres d’emploi liées à Evo:Rail figurent sur le site de VMware). Elle a par contre de quoi réjouir les spécialistes du domaine – au premier rang desquels Nutanix – qui voient la contre-offensive orchestrée par VMware essuyer un premier échec. Dans sa dernière étude sur les systèmes convergés, Gartner estime que le marché Evo:Rail est « naissant » (ci-dessous le Magic Quadrant du cabinet d’études sur les systèmes intégrés). Par contre, Gartner classe déjà Nutanix parmi les leaders du secteur, aux côtés de Cisco (qui a passé un accord avec Simplivity notamment), d’EMC (avec VCE), Oracle et NetApp.

hyperconvergenceHP se concentre sur StoreVirtual

Comme le précise HP, ses investissements sur le créneau se concentrent désormais sur la ligne d’appliances StoreVirtual, issue du rachat de LeftHand en 2008. Cette technologie de stockage distribué fonctionne tant avec VMware ESXi qu’avec Microsoft Hyper-V ou KVM et supporte les environnements hybrides, où cohabitent plusieurs hyperviseurs. Une gamme où HP vient précisément de livrer une nouvelle génération de machines, supportant les puces Xeon E5v3 à 12 cœurs. Avec cette modernisation de la famille StoreVirtual, HP propose aussi, pour la première fois, une configuration d’entrée de gamme à 3 nœuds (et non plus 4) à un tarif plus agressif, ciblant les PME. Et le constructeur d’arguer que cette offre (à 121 000 $, licences vSphere Enterprise incluses) serait 50 % moins chère que son équivalent chez Nutanix. Une comparaison qui prouve que le leader mondial des serveurs ne peut plus ignorer la concurrence de la start-up sur ce segment de marché.

Selon Gartner, le marché des systèmes applicatifs intégrés (de type Exadata d’Oracle), convergés ou hyperconvergés (dispensant de l’usage d’un SAN comme le proposent Nutanix ou Simplivity) représentait un chiffre d’affaires de 8,7 milliards de dollars en 2014, en croissance de 30 % sur un an. Soit environ 10 % des dépenses en serveurs, stockage et boîtiers réseau pour les datacenters selon les estimations du cabinet d’études. Un poids certain et une croissance enviable qui expliquent la bataille que livrent les géants de l’infrastructure pour repousser l’offensive des nouveaux acteurs qui se sont lancés sur ce créneau.

A lire aussi :

Nutanix séduit un peu plus les investisseurs en levant 145 millions $
L’Omnicube de Simplivity conjugue déduplication et hyper-convergence
Cloud, VDI, Big Data : Nutanix supprime le SAN dans les infrastructures virtualisées


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur