Serveur ARM : Google se lie à Qualcomm pour challenger Intel

CloudComposantsDatacentersPoste de travailServeurs
5 22 Donnez votre avis

Google, le troisième acheteur de processeurs pour serveurs dans le monde, s’apprête à référencer les puces ARM de Qualcomm. Une façon de mettre la pression sur Intel, qui contrôle plus de 99 % de ce marché.

Enfin une référence majeure pour ARM dans les datacenters ? Selon Bloomberg, Google s’apprête à apporter son soutien aux premières versions des puces pour serveurs que conçoit Qualcomm, sur base d’architecture ARM. Citant des sources anonymes, nos confrères assurent que l’annonce aura lieu la semaine prochaine dans le cadre d’une conférence dédiée aux investisseurs. Les deux partenaires ont collaboré sur le design de la puce que Google devrait s’engager à employer dans ses datacenters… à condition qu’elle atteigne le niveau de performances attendu.

Si l’accord se confirme, il s’agirait là d’une étape majeure pour la crédibilité des puces ARM sur serveurs. Si l’offre en la matière existe, elle reste peu employée – même si, en France, l’hébergeur Online y a recours – et ne vient guère titiller l’acteur ultra-dominant du secteur, Intel. Le Californien contrôle désormais plus de 99 % de ce marché, occupant une position de monopole de fait en raison de l’incapacité d’AMD à offrir une alternative réelle au géant des semi-conducteurs. Les processeurs pour serveurs représente moins d’un tiers des ventes d’Intel, mais génèrent plus de la moitié de sa marge opérationnelle.

Google achète 300 000 processeurs par trimestre

Introduire une alternative permettrait à de gros opérateurs de réseaux de datacenters de négocier les prix de façon plus efficace. Chaque trimestre, Google achète environ 300 000 processeurs pour les serveurs qu’il conçoit lui-même. Seul HPE et Dell en achètent davantage, selon les chiffres d’IDC.

Pour Qualcomm, débarquer ce marché lui permettrait d’ouvrir un nouveau front avec son rival, alors qu’Intel se montre de plus en plus menaçant sur le marché qu’il domine, celui des processeurs pour smartphones. En octobre dernier, l’industriel, qui organise une conférence pour ses investisseurs le 11 février, a levé le voile sur son premier processeur ARM pour serveurs, après deux ans de travaux. Fort différent des puces ARM pour appareils mobile dans sa conception, ce SoC (composant tout-en-un) embarque 24 cœurs processeurs sous architecture ARMv8 64 bits et supporte l’ensemble des fonctionnalités standards de classe serveur dont le PCIe et le stockage.

Pour démontrer les capacités de cette offre, Qualcomm y faisait tourner une distribution Linux 4.2 avec l’hyperviseur KVM, DevStack pour l’orchestration Cloud OpenStack et des machines virtuelles sous Linux aux côtés du serveur web Apache et de WordPress. La plate-forme vise clairement à répondre aux offres Iaas, Paas, Big Data, Machine Learning et autres services Cloud proposés par les datacenters.

A lire aussi :

Serveurs ARM : Qualcomm met pied en Chine

Online atomise les prix de ses serveurs ARM Scaleway

Serveurs ARM : la guerre est déclarée entre Cavium et AppliedMicro

Crédit photo : Google

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur