Avec HyperIaaS, Cheops Technology se lance dans le Cloud public

Bases de donnéesCloudData & StockageDatacentersDSIIAASOrchestrationProjetsServeursVirtualisation

Cheops Technology a décidé de se lancer dans le Cloud public avec son offre HyperIaaS. Il fait confiance à VMware et HPE pour cela.

Nicolas Leroy-Fleuriot, PDG de Cheops Technology, n’a pas la langue dans sa poche pour présenter ses dernières offres et en particulier son service de Cloud public. « Avant l’heure ce n’est pas l’heure, il faut se lancer au bon moment », a-t-il lancé lors d’une présentation à la presse. Face à des OVH ou des « Amazure », dixit le dirigeant, l’ESN bordelaise a donc décidé de sauter le pas du Cloud public avec HyperIaaS. Une marque déposée en France, mais aussi aux Etats-Unis où la société a des velléités de s’implanter d’ici 2018.

L’hyperconvergence de VMware et HPE

Dans un marché concurrentiel, Cheops Technology met en avant plusieurs distinctions de son service. En premier lieu, HyperIaaS repose sur VMware avec l’ensemble des piles de l’hyperconvergence, vSphere, vSAN (pour le stockage) et NSX (pour le réseau), avec une administration via vCloud Director et une intégration à travers OnApp. Le chef d’orchestre de cet ensemble est Oneview de HPE. Nicolas Leroy-Fleuriot explique que « en matière d’hyperconvergence, nous avons comparé tous les acteurs, Nutanix, Simplivity, Atlantis, VxRail de VCE (EMC-Dell), mais au final celui qui nous est apparu le plus pertinent, le plus granulaire c’est l’offre VMware ».

Et de souligner des avantages. « Beaucoup de clients ont des environnements VMware et ont donc plus de facilités pour migrer vers le Cloud. » Doté de cette architecture, Cheops Technology propose de la VM « au même prix  que les autres Cloud provider », assure le responsable.

Une personnalisation du contrat et des options

Autre élément différenciant, la personnalisation de l’offre HyperIaaS. « Nous avons beaucoup de demandes pour externaliser les données dans le Cloud sur bande. La plupart de nos concurrents ne le font pas, nous si », donne comme exemple Nicolas Leroy-Fleuriot. Et les déclinaisons des options ne sont pas limitées. « Des entreprises peuvent avoir besoin que l’on s’occupe de leurs applications pendant les week-end ou en période de congés l’été. »  Il revendique aussi le fait d’avoir « un contrat de droit français et un support en langue française ». Cerise sur le gâteau, l’offre permet le « Bring Your Own Licence », c’est-à-dire que  les entreprises emmènent leurs licences dans le Cloud dans une offre de Cloud dédié pour éviter d’être surfacturées.

Avec cette offre, Cheops Technology veut s’adresser à deux types d’entreprises « qui ne viennent pas chez nous », à savoir les TPE et les multinationales. Avec les avantages cités précédemment, il entend bien recruter des clients au sein de ces deux populations. L’ESN sera aidée en ce sens par son partenariat avec HPE et VMware qui vont promouvoir l’offre HyperIaaS. Un service en marque blanche n’est pas à exclure avec des distributeurs, avoue Nicolas Leroy-Fleuriot. Celui-ci a de grandes ambitions avec un chiffre d’affaires global de 100 millions d’euros pour l’exercice fiscal qui se clôt bientôt et une croissance de l’activité Cloud et services managés de 25%.

iCod In Memory embrasse SAP Hana

Le dirigeant a profité du lancement d’HyperIaaS pour présenter une offre iCod in-Memory sur la technologie SAP Hana. Cheops Technology est depuis longtemps un partenaire de SAP et veut maintenant accompagner les clients souhaitant migrer leurs bases de données, Oracle, SQL Server, DB2 sur Hana.  Là aussi, l’hébergeur s’appuie sur les solutions HP Converged System pour délivrer iCod in memory. Un choix naturel pour Nicolas Leroy-Fleuriot, mais qui a été guidé par le fait que le constructeur américain dispose d’un centre de compétence à Walldorf chez SAP.

A lire aussi :

Cheops rachète le francilien FPS

Cheops Technology entre dans le Cloud hybride avec Connect2Cloud


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur