Avec Mika, les opérateurs ont eux aussi leur assistant intelligent

Gestion des réseauxLogicielsMobilitéOperateursRéseaux

Proposé par Nokia, Mika facilite la recherche d’informations pour les ingénieurs de réseaux d’opérateurs.

Après Apple, Microsoft, Facebook, Google, Amazon ou Samsung, parmi d’autres, Nokia entre également dans la course aux assistants intelligents. L’équipementier annonce MIKA (Multi-purpose Intuitive Knowledge Assistant). Une solution qui s’adresse aux opérateurs en vue de rendre leurs ingénieurs plus efficaces dans leur tâche comme il se doit.

Globalement, Mika permet d’accélérer l’accès aux informations critiques par l’utilisation d’une interface web ou une application mobile, textuellement ou vocalement. En accédant rapidement à une information précise, les utilisateurs évitent de disperser leur énergie à chercher des données et sont ainsi en mesure de mieux gérer la complexité des environnements hétérogènes. Une interaction homme-machine qui, selon Nokia, permettrait aux ingénieurs d’économiser plus d’une heure par jour au profit de leur productivité.

Intelligence augmentée et machine learning

Mis au point à partir des méthodes de travail élaborées au sein du NOC (Network Operations Center) de l’entreprise finlandaise, Mika combine « intelligence augmentée » avec de l’auto-apprentissage (machine learning) pour proposer des accès à une vaste gamme d’outils, des documents et autres sources de données. Notamment la bibliothèque de la plate-forme de services cognitifs AVA de l’équipementier. Laquelle, alimentée par ses experts en chair et en os, fournit un référentiel de bonnes pratiques recueillies de part le monde.

Autrement dit, les opérateurs pourront s’appuyer sur des cas précédemment vécus par des confrères pour améliorer ou réparer leurs services tout en alimentant en retour la plate-forme de leur nouvelle expérience. Un cercle vertueux, a priori, où les informations sont mises en commun pour l’intérêt de tous. « Mika est personnalisé pour répondre aux besoins spécifiques des télécoms et peut fournir des recommandations basées sur l’expérience de réseaux à travers le monde », résume Igor Leprince, responsable des Global Services chez Nokia.

Prévoir les pannes deux semaines en avance

Parallèlement au nouvel assistant virtuel, l’équipementier annonce Predictive Repair, un service de maintenance prédictive capable, sur le papier, de détecter les défaillances hardware jusqu’à 14 jours avant que la panne survienne. Une première dans l’industrie des télécoms qui vise à éviter aux techniciens des déplacements inutiles ou trop tardifs. Le système affiche 95% de pertinence, selon son concepteur. Il s’appuie sur un ensemble d’éléments, dont des technologies de Big Data amenées à brasser les données récoltées par les services d’expertise hardware de Nokia. « En appliquant les algorithmes de machine learning de Nokia Bell Labs pour prévoir les défaillances, l’accent est mis sur les modules à haut-niveau qui génèrent une part importante des transactions de réparation des clients », précise l’équipementier.

Le service, qui sera ouvert aux tests en direction des opérateurs à partir de mars prochain, se limite aux solutions 3G et 4G de Nokia. Contrairement à Mika qui, visiblement, couvre les problématiques multi-équipements. L’assistant virtuel est d’ores et déjà disponible et ne manquera pas de constituer une attraction à l’occasion du Mobile World Congress (MWC) de Barcelone fin février.


Lire également
Picroft, un assistant personnel intelligent pour Raspberry Pi
L’assistant Bixby de Samsung veut taquiner Siri et Alexa
Avec Assistant, Google espère supplanter Siri

crédit photo : capture vidéo Nokia

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur