Avec OpenStack Platform 10, Red Hat simplifie l’orchestration du Cloud

CloudDéveloppeursEditeurs de logicielsIAASLogicielsOpen SourceProjetsSécurité
Red Hat
0 51 Donnez votre avis

La nouvelle version de Red Hat OpenStack entend simplifier l’évolutivité de la plate-forme Cloud IaaS.

Red Hat vient d’annoncer une nouvelle version de son plate-forme OpenStack. Cette dixième version de l’offre Cloud IaaS (Infrastructure as a service) de la société de Raleigh s’appuie sur les développements apportés par la release Newton. OpenStack Platform 10 entend améliorer l’évolutivité du système, faciliter la gestion de l’infrastructure et améliorer l’orchestration tout en optimisant les performances du réseau et la sécurité de l’ensemble.

Concrètement, cela se traduit par de nouvelles fonctions intégré à l’orchestrateur nommé Director comme l’automatisation des mises à niveau et à jour (y compris Ceph), une configuration réseau avancée, une haute disponibilité et la possibilité de déployer des fichiers avec le service Manila. Désormais, les services OpenStack s’exécutent et évoluent de manière autonome, ce qui offre une gestion plus granulaire de l’environnement. L’offre s’enrichit également de chiffrement du stockage objet et du système de jetons pour accéder aux données.

Des performances réseau bare-metal

Côté réseau, le nouveau kit de développement des plans de donnée pour les Open vSwitch et la virtualisation des routes améliore les performances jusqu’à les rendre aussi performante qu’en systèmes nus (bare metal), selon l’éditeur open source. Et les utilisateurs peuvent désormais choisir entre du routage centralisé ou distribué. Enfin, un nouveau programme de certification hardware est proposé sur OpenStack Ironic. « Le nouveau programme est conçu pour étendre l’écosystème des options matérielles pour la configuration automatisée bare-metal », explique Red Hat. Dell-EMC est le premier partenaire de ce nouveau programme. D’autres suivront.

OpenStack Platform 10 introduit parallèlement un nouveau modèle de support sur 5 ans. De fait, l’éditeur propose en option deux années supplémentaires (ELS pour extended life cycle) en plus des 3 ans standards. De quoi s’assurer une version « longue durée » de la plate-forme Iaas.


Lire également
Christian Ligier, Red Hat : « Le marché des télécoms est primordial pour nous »
Les 25 ans de Linux vus par Red Hat
10 questions sur Red Hat (quiz)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur