Avec Unite Cloud, Juniper bascule des datacenter à l’échelle Internet

CloudDatacentersGestion des réseauxOrchestrationRéseaux
1 16 Donnez votre avis

Juniper Network fait évoluer son framework de construction de datacenter vers le 100 Gbit/s et ajoute une offre de services pour déployer le SDN Contrail.

Juniper Networks annonce Unite Cloud, une évolution du framework Metafabric présenté en 2013 dédié à la construction de datacenter. Rappelons que l’offre s’appuie sur trois composantes propres à l’équipementier réseau : la couche silicium propre aux switches, aux routeurs et boîtiers de sécurité; couverte par la partie orchestration et gestion, et enrichie de l’offre automatisation et SDN (réseaux programmables) avec le contrôleur Contrail. « Unite est l’offre de transition entre les briques hardware que l’on proposait il y a trois ans et les besoins d’aujourd’hui décuplés avec le Big Data et l’Internet des objets qui apportent énormément de trafic dans les datacenter », indique Olivier Melwig, directeur technique Opérateurs et Entreprise chez Juniper Networks France.

Juniper_Olivier Melwig
Olivier Melwig, directeur technique Opérateurs et Entreprise chez Juniper Networks France

Concrètement, cette évolution se traduit aujourd’hui par un ensemble de nouvelles briques et, plus particulièrement, l’arrivée de solutions soutenant le 100 Gbit Ethernet (100G) dans le datacenter. Un nouveau routeur, le QFX5110, fait son apparition. Il vient compléter les QFX5100 (limité à 40G) et QFX10000 (du 100G dédié à la dorsale du datacenter). Surtout, le dernier routeur accepte le VXLAN (Virtual Extensible LAN) routing, autrement dit, des tunnels VPN de niveau 2 au dessus d’une Fabric de niveau 3. Une configuration privilégiée par les « gros » datacenter, comme ceux des Gafa, « pour la bonne raison qu’ils veulent évoluer à l’échelle d’Internet en ajoutant un nouvel élément dans cette Fabric sans être dépendant des Fabric Ethernet propriétaires des éditeurs », explique le responsable.

Network Director passe au graphique

Une façon d’assurer l’interconnexion des différentes Fabrics propriétaires et, surtout, d’élever les capacités vers une échelle réseau supérieure à ce qu’offrent les Fabric Ethernet. « Le 5110 permet de router entre les tunnels pour switcher entre serveur et assurer un transfert de protocole Internet plus efficacement. » Grâce à un système d’encapsulation-désencapsulation hérité du QFX10000 grâce aux améliorations des Asics alors que le boîtier du QFX5110 conserve la taille 1U de la famille 5100. Deux modèles sont proposés : sorti fin décembre, le QFX5110 48s offre 48 ports 1G/10G avec 4 uplink supplémentaires en 40G ou 100G; le QFX5110 32q, à venir dans le courant de l’année, offre 32 ports 40G avec la possibilité d’en convertir 4 en 100G. Le premier vise à remplacer des commutateurs « top of rack » pour offrir une transition vers le 100G tandis que le second peut se placer en dorsale pour connecter du 100G et les top of rack 40/100G.

Unite Cloud améliore également la partie management du framework. Juniper livre Junos Space Network Director en version 3.0. Cette nouvelle version de sa console de pilotage entend faciliter la configuration des structures des datacenter. A la gestion des Fabrics Ethernet par voie logicielle s’ajoute celle du protocole VXLAN afin de construire des Fabrics IP plus imposantes « en quelques clics et drag&drop graphique », assure Olivier Melwig. Un moyen de se représenter graphiquement le datacenter et ses briques réseau et créer des lien plus ou moins complexes pour gérer la nouvelle forme d’architecture du datacenter. « Nous apportons aux entreprises un outil graphique simple pour qu’un administrateur qui ne connaît pas forcément les technologies complexes installées par les gens du réseau puisse quand même suivre son infrastructure et agir dessus », résume le responsable.

Faciliter le déploiement de Contrail

Au provisionnement des nouvelles Fabrics s’ajoute la récupération de flux data statistiques qui, au-delà du simple monitoring, apporte de la visibilité pour créer des actions plus ou moins automatiques selon les événements réseau. Par exemple re-router automatiquement le trafic en cas d’engorgement ou mettre de la qualité de service. Malgré cette forme d’automatisation, Network Director ne se transforme pas pour autant en contrôleur SDN. « Tout juste du Software Network, illustre notre interlocuteur, on ne centralise pas le plan de contrôle dans la Fabric, il reste dans les machines. »

La question de l’automatisation et du SDN reste l’affaire de Contrail. Pas d’innovation particulière sur le contrôleur mais une volonté de Juniper d’en faciliter l’accès. En ce sens, Juniper annonce JumpStart, une nouvelle offre de services packagés pour accompagner les clients dans le déploiement de Contrail. Un service qui assure l’aide à l’installation et l’utilisation du contrôleur, ainsi qu’à fournir les clés pour faire évoluer l’infrastructure SDN sur la partie datacenter Cloud. « On aide le client à ajouter la partie serveur dans la brique d’automatisation et notamment l’instanciation de machines virtuelles, ou de containers (notamment la version du firewall cSRX pour Docker, NDLR) comme des fonctions réseau (NFV), et les connecter entre elles », explique Olivier Melwig. Un accompagnement standardisé pour 5-6 jours homme personnalisable selon les besoins et les caractéristiques du réseau du client. Notre interlocuteur en profite pour rappeler que Contrail peut s’installer aussi bien sur une infrastructure Juniper comme sur une infrastructure existante concurrente Cisco, VMware ou Nuage Networks. « Mais l’avantage d’avoir une solution Juniper sous-jacente est d’obtenir plus de remontée d’information du réseau physique », précise le responsable.

Juniper, un « vrai » vendeur de SDN

Un moyen supplémentaire de se distinguer tout en se présentant comme moins intrusif que la concurrence sur l’offre SDN. Une stratégie qui a permis à Juniper de générer plus de 20 millions de dollars de chiffre d’affaires à partir des ventes de Contrail. « Contrail est un produit à part, et quand on dit qu’on le vend, on le vend », clame Olivier Melwig. Une fine allusion aux pratiques de certains concurrents qui poussent leur contrôleur SDN par défaut dans les outils d’administration qui accompagnent leurs routeurs et switchs pour les mettre en exergues dans les résultats des ventes. « Aujourd’hui Juniper est reconnu par la communauté Open Source Openstack mais aussi par le cabinet IHS comme le numéro 1 des contrôleurs SDN », revendique le directeur technique. Une position à conserver, donc.


Lire également
Juniper accélère dans l’automatisation du réseau avec AppFormix
Rami Rahim, Juniper : « Avec le SDN/NFV, l’automatisation permet d’expérimenter sans cesse »
Juniper Networks veut lever les obstacles à la cohérence numérique


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur