AWS règne sans partage sur le marché Cloud

CloudDatacentersDSIEditeurs de logicielsIAASLegislationProjetsRégulations
5 69 Donnez votre avis

AWS représente un tiers du marché mondial de l’infrastructure Cloud. Soit plus que Microsoft, Google et IBM réunis.

Les derniers chiffres de Canalys sur le marché de l’infrastructure Cloud sont sans appel. Il y a AWS (Amazon Web Services) et les autres. Le fournisseur de Cloud public se taille 33,8% de part de marché. Un niveau record à comparer au cumul des positions de Microsoft, Google et IBM évalué à 30,8%. L’ogre AWS règne donc sans partage sur le Cloud public.

Ce quatuor de tête est suivi de loin par Alibaba et Oracle qui revendiquent respectivement 2,4% et 1,7% de part de marché. On est loin du discours de Larry Ellison en septembre dernier à OpenWorld évoquant « la domination d’AWS est terminée ». Il ajoutait aussi, « Amazon va avoir beaucoup plus de concurrence à l’avenir. Nous sommes très fiers de notre seconde génération d’Infrastructure as-a-service (Iaas). Nous allons nous concentrer sur ce développement pas seulement au cours d’Oracle OpenWorld, mais aussi pendant toute notre année fiscale en cours, et la suivante et celle qui suit également ». Une fanfaronnade, loin d’ébranler le leader du Cloud public à en croire l’étude de Canalys.

Selon les analystes, les dépenses totales en matière de services IaaS se sont établies à 10,3 milliards de dollars au 4ème trimestre 2016, soit une progression de 49% sur un an. La croissance devrait être de 46% sur l’année 2017 avec un revenu escompté de 55,8 milliards de dollars.

Une forte demande et une régulation plus importante

Et le marché est porté par une forte demande, constate Canalys. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder les différentes annonces des uns et des autres sur l’ouverture de nouveaux datacenters. AWS a lancé 11 zones supplémentaires en 2016 dont 4 basées au Canada et au Royaume-Uni au cours du dernier trimestre. IBM a étendu sa présence au Royaume-Uni, renforçant ainsi sa couverture à 50 datacenters dans le monde entier. Microsoft n’est pas en reste avec des installations ouvertes en Angleterre et en Allemagne. L’année 2017 devrait voir l’ouverture de datacenters en France par AWS et Microsoft. Google et Oracle se sont implantés au Japon et en Chine pour cibler la région Asie-Pacifique. Alibaba mène une campagne de déploiement tout azimut, Australie, Japon, Allemagne et aux Emirats Arabes Unis.

Cette expansion hors Etats-Unis s’explique par le développement des contraintes réglementaires de certains pays imposant aux fournisseurs de Cloud de localiser les données sur leur territoire. C’est le cas de l’Allemagne, Canada, Japon, Chine. Les incertitudes pesant sur le pouvoir américain susceptible de saisir des informations stockées sur des serveurs à l’étranger poussent les acteurs du Cloud public à investir massivement dans des datacenters au plus près de leurs clients.

A lire aussi :
           
Snapchat, un contrat de 2 milliards de dollars sur Google Cloud sur 5 ans

Résultats : IBM boucle son année 2016 de transformation Cloud

crédit Photo © romrf-Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur