CloudOpen Source

B. Lindeboom (Ede) : «Stocker nos données dans le cloud, oui, mais dans le cadre d’un cloud gouvernemental»

Bart-Lindeboom
0 0 Donnez votre avis

La DSI d’Ede a troqué son système de messagerie Exchange 2003 contre une nouvelle solution ouverte, architecturée autour de la plate-forme Zarafa. Une migration qui s’est déroulée sans heurts.

Kerkrade (Pays-Bas) - Ede est une localité des Pays-Bas, dont la municipalité gère 108.000 administrés (d’Ede et de ses communes avoisinantes). Une tâche confiée à un millier de fonctionnaires. Le département informatique est composé de 50 personnes, menées par Bart Lindeboom, DSI de la municipalité.

Ce dernier a apporté son témoignage dans le cadre du Zarafa Summer Camp 2011 de Kerkrade (Pays-Bas). Un retour d’expérience d’autant plus important pour l’éditeur qu’il est très représentatif d’un des cœurs de marché de Zarafa. Rappelons en effet que la société cible les institutions publiques, les grands comptes et le mid market.

Évidemment, c’est un cas d’école en faveur de la plate-forme Zarafa, mais il répond également à certaines problématiques courantes parmi les grands comptes. Ainsi, Bart Lindeboom nous explique que lorsqu’il a souhaité remplacer Exchange 2003, plusieurs critères ont été imposés : une meilleure vitesse de traitement, des boites aux lettres aux capacités illimitées et un accès aux informations possible depuis différents terminaux (mobiles ou desktop). Pour le personnel IT, d’autres paramètres étaient essentiels : plus de fonctionnalités, une maintenance aisée et un TCO (coût total d’exploitation) réduit.

Trois produits ont été sélectionnés en première instance. Exchange, était bien connu en interne, mais il supposait un nouveau verrouillage autour d’un éditeur et limitait l’accès aux informations depuis les terminaux non Windows. Gmail semblait intéressant, mais il s’est avéré trop coûteux et la DSI ne souhaitait pas que ses données soient stockées dans le cloud. « Stocker les données dans le cloud ne nous pose pas de problème. C’est possible, mais dans le cadre d’un cloud gouvernemental et non privé », explique Bart Lindeboom. En fait, seul Zarafa a su répondre à l’ensemble des critères requis.

La mise en place de cette nouvelle messagerie (y compris la migration des données depuis Exchange) a été faite en seulement trois jours. Quelques problèmes mineurs ont été rencontrés par les utilisateurs, qui n’ont visiblement pas eu trop de mal à se faire à cette nouvelle solution. L’ajout de Zarafa Archiver a permis pour sa part de régler le problème lié à l’aspect illimité de la taille des boites aux lettres.

Bref, une réussite pour la municipalité, mais qui ne doit toutefois pas faire oublier d’autres soucis. « Nous utilisons toujours 400 applications Windows, dont certaines posent des problèmes quasi insolubles d’interdépendances, signale Bart Lindeboom. Nous lançons un appel au secours en direction des acteurs de la communauté open source. » Et ce n’est pas n’importe qui qui lance cet appel, puisque Ede est aujourd’hui la meilleure municipalité en terme d’adoption des standards ouverts (selon le classement NOiV).