IoT : Christine Balagué, chaire RSOC : « le champ des possibles est immense »

M2MProjetsRéseaux
2 26 Donnez votre avis

Avec le soutien des industriels SEB et Huawei, Télécom Ecole de Management porte une chaire de recherche sur les réseaux sociaux et les objets connectés (RSOC). « Le champ des possibles est immense », explique Christine Balagué, titulaire de la chaire et vice-présidente du CNNum.

Télécom Ecole de Management (TEM) a inauguré le 21 janvier dernier une chaire de recherche dans le domaine des réseaux sociaux et des objets connectés (RSOC). « La technologie est disponible, mais le taux d’adoption est encore faible », explique à la rédaction Christine Balagué, titulaire de la chaire et vice-présidente du Conseil national du numérique. Pour aider les industriels à mieux appréhender le phénomène et déterminer quels objets et services associés peuvent s’intégrer durablement dans le quotidien des utilisateurs, une équipe de chercheurs en informatique et marketing va se pencher, durant trois ans (2015-2018), sur les interactions entre réseaux humains et réseaux d’objets.

Le Groupe SEB et Huawei financent

La chaire est financée par des industriels. Le groupe SEB, spécialiste français du petit équipement domestique, et l’équipementier réseau chinois Huawei vont investir chacun, dans le cadre d’un mécénat, « 100 K€ par an » dans le projet de recherche porté par Télécom Ecole de Management (Institut Mines-Télécom). D’autres partenaires sont appelés à rejoindre l’initiative.

4 axes de recherche orientés utilisateur

Christine Balagué « Nous voulons comprendre pourquoi les freins à l’adoption sont encore nombreux, et la plupart des objets ne sont utilisés que quelques mois, en nous intéressant au comportement des utilisateurs d’objets connectés », précise Christine Balagué (en photo). L’équipe travaille sur 4 axes de recherche : le comportement des utilisateurs d’objets connectés, les processus d’adoption et la création de valeur ; le design d’expérience utilisateur (ou UX design) de multi-appareils ; la socialité des objets connectés et, enfin, les diversités culturelles en lien avec les objets connectés.

Un Master RSOC dans deux ans ?

Ces nouveaux réseaux mêlant humains et machines devront se développer « dans un cadre global d’intelligence collective », poursuit Christine Balagué, qui avait déjà dirigé la chaire réseaux sociaux de TEM-Institut Mines-Télécom (2011-2014). Une dizaine de chercheurs vont participer aux nouveaux travaux de recherche (RSOC), le « coeur de réseau » étant composé de 5 experts. « Nous aurons des surprises… Le champ des possibles est immense ». Si « dans deux ou trois ans » le marché suit, « nous serons tout à fait prêts à ouvrir un Master », ajoute-t-elle. À horizon 2020, le monde comptera entre 50 et 80 milliards d’objets connectés, selon les études, contre 15 milliards l’an dernier.

Lire aussi :

Smartphones et IoT en entreprise : un marché à 200 milliards de dollars en 2020
Cloud et IoT vont exploser le trafic des datacenters en 2019
Jean-Yves Le Drian et Cisco parrainent la chaire des objets connectés à Polytechnique

crédit photo © a-image / shutterstock.com

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur