Transport et mobilité en tête des projets des villes numériques

MobilitéRégulations
2 5 Donnez votre avis

Avec 47% de la totalité des projets étudiés dans le baromètre « Ville Numérique » 2014, trois domaines se démarquent : le transport, l’éducation et l’e-citoyenneté.

Syntec Numérique a présenté la seconde édition de son baromètre « Ville Numérique » à l’occasion du salon Innovative City 2014. En partenariat avec l’Université Paris-Est Marne La Vallée, la chambre professionnelle s’est intéressée aux stratégies numériques de 37 collectivités*, contre 22 l’an dernier. La capitale ne fait pas partie des villes étudiées.

« Villes connectées, numériques, durables, intelligentes sont autant de qualificatifs qui placent les technologies de l’information et de la communication au cœur des enjeux urbains. Cette nouvelle vague révèle des tendances positives et une véritable compréhension de ces problématiques par les élus », commente Philippe Sajhau, vice-président d’IBM France en charge de l’initiative smart cities et pilote du comité Ville Numérique du syndicat patronal des SSII Syntec Numérique.

Transport, éducation et e-citoyenneté

Avec 371 projets, soit 47% de la totalité des 810 projets numériques analysés cette année, trois domaines se distinguent. Le transport et la mobilité attirent le plus de projets (131, soit 16,2% du total). Mais l’écart entre les villes est  important, le nombre de projets numériques liés au transport variant de 1 à 17 par collectivité. Les principaux projets cités dans ce domaine concernent : l’information en temps réel sur la disponibilité des places de parking, le paiement mobile ou sur PC du stationnement et les applications mobiles pour informer des horaires des transports.

L’éducation est le deuxième domaine le plus cité par les répondants de ce baromètre, avec 125 projets au total, soit 15,4% de la totalité des projets. La moyenne est à 4,5 projets par ville. Les principaux projets sont : la fourniture d’outils numériques dans les écoles, la sensibilisation aux métiers IT et la mise en place d’un « référent numérique » en établissement.

L’e-citoyenneté/e-gouvernement est concernée par 117 projets, soit environ 14% du total. Dans ce domaine, le nombre de projets moyen est de 3,5 par collectivité. Arrivent en tête : la dématérialisation de la relation entre le citoyen et l’administration, l’accès en ligne aux documents administratifs et l’utilisation des espaces publics numériques (EPN).

La sécurité et la santé ne représentent respectivement que 5% et 3,5% de la totalité des projets étudiés. Bien que les communes affichent leur ambition « d’impliquer davantage les citoyens », la prise de décision se fait « de manière unilatérale » par le territoire dans 50% des cas. Quant à la gestion de ces projets, elle se fait essentiellement en régie (prestations informatiques facturées en fonction des heures effectivement travaillées sur le projet).

*les 37 sont : 1 métropole : Nice, qui a accueilli le salon Innovative City les 25 et 26 juin 2014 ; 4 communautés d’agglomération : Val-de-Bièvres, Caen CA, Poitiers, Chambéry CA ; 6 communautés urbaines : Communauté Urbaine du Grand Nancy, Toulouse, Bordeaux, Lille métropole, Lyon, Strasbourg ; 26 communes : Annecy, Asnières-sur-Seine, Aulnay-sous-Bois, Beauvais, Besançon, Bordeaux, Bourges, Brest, Caen, Calais, Cannes, Cergy, Chambéry, Dunkerque, Fontenay-sous-Bois, Issy-les-Moulineaux, Le Blanc Mesnil, Le Havre, Lille, Lorient, Mérignac, Nîmes, Perpignan, Rouen, Vannes, Vitry-sur-Seine.


Lire aussi

Paris : Anne Hidalgo promet 1 milliard d’euros pour la smart city

Montpellier va devenir une ville intelligente avec les solutions IBM


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur