Bases de données : Oracle plus que jamais leader, percée du NoSQL

Bases de donnéesBig DataData & StockageEditeurs de logicielsLogicielsOpen SourceProjets
4 156 Donnez votre avis

Selon le classement DB-Engines, Oracle a mis à profit 2015 pour raffermir sa domination sur le segment des bases de données. De leur côté, les technologies NoSQL sont portées par une belle dynamique, à commencer par MongoDB et Cassandra.

Selon DB-Engines, le classement des bases de données les plus populaires consacre, une fois encore, le tiercé qui domine cet univers depuis plus de trois ans : Oracle, MySQL (également entre les mains de la firme de Larry Ellison depuis le rachat de Sun) et Microsoft SQL Server. Basé sur un certain nombre de paramètres (mentions sur le Web, nombre de discussions techniques, offres d’emploi, nombre de profils LinkedIn, score Google Trends, citations sur Twitter), l’indice de popularité des SGBD calculé chaque mois par DB-Engines montre même qu’Oracle a raffermi sa position de leader par rapport à janvier de l’année dernière. A 1496 points, son score progresse de 57 points en un an. Personne ne fait mieux. DB-Engines lui décerne d’ailleurs le titre de base de données de l’année 2015. Sur le terrain commercial, tout n’est toutefois pas si rose pour l’éditeur de Redwood Shores.

A 1299 points, la base de données Open Source MySQL connaît elle aussi une progression sur un an, mais moins importante. Troisième, SQL Server peine à suivre le rythme : depuis l’été 2014, le produit de Microsoft décroche peu à peu. A 1144 points, il perd 55 points en un an dans le classement soit, et de loin, le gadin le plus prononcé. Mais SQL Server conserve toutefois une marge plus que confortable sur la meute de poursuivants.

DB-EnginesCar, derrière ces trois produits de référence, l’écart est très significatif. Le 4ème, MongoDB, n’affiche un score que de 306 points. La base orientée documents et issue du mouvement NoSQL bénéficie toutefois d’une belle dynamique (son score avoisinait seulement les 100 points en janvier 2013). MongoDB, qui chipe la quatrième place à la base de données PostgreSQL pourtant elle aussi en progrès, gagne 55 points en un an. Autre star du NoSQL, la base Cassandra connaît elle aussi une belle progression (+ 32 points en un an). Elle n’est toutefois que 8ème du classement de DB-Engines. Notons également la bonne santé de Redis (10ème, + 7 points) et les progrès des moteurs de recherche ElasticSearch (13ème, + 28 points) ou Splunk (18ème, + 10 points).

DB2 et Access à l’arrêt

En revanche, la dynamique est moins positive pour les bases de données traditionnelles moins en vue que le tiercé de tête. IBM DB2 se maintient à la 6ème place mais abandonne quelques points depuis janvier 2015. Idem pour Microsoft Access dont l’érosion lente se poursuit (- 6 points en un an). SAP Adaptative Server, le SGBD hérité du rachat de Sybase, parvient à se maintenir. Mais, du côté de l’éditeur allemand, la croissance est à rechercher du côté de Hana, la base de données In-Memory. Celle-ci gagne 9 points en un an. SAP Hana n’est toutefois encore que 19ème dans le classement de DB-Engines.

Du côté de l’Open Source, si MySQL et PostgreSQL poursuivent leur marche en avant, signalons également la bonne santé de SQLite et de MariaDB. Le premier, une bibliothèque proposant un moteur de base de données relationnelle directement intégrée aux programmes, est 9ème du classement et gagne environ 8 points en un an. MariaDB, la base de données sous licence GPL issue d’un fork de MySQL piloté par Michael Widenius, échoue à entrer dans le top 20, mais gagne toutefois 10 points en un an.

A lire aussi :

Base de données : Oracle menacé par l’Open Source

Les bases de données NoSQL ne font pas d’ombre aux SGBDR

Oracle tancé pour ses audits agressifs et ses licences complexes

Crédit photo : agsandrew / Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur