Big Data : Atos sécurise la « rue de la Soif » d’Eindhoven

Big DataData & StockagePolitique de sécuritéProjetsSecteur PublicSécurité
4 46 Donnez votre avis

Cinquième ville des Pays-Bas, Eindhoven s’appuie sur l’analyse en temps réel pour mieux sécuriser une des rues les plus animées d’Europe, la Stratumseind. Atos pilote le projet CityPulse.

« Smart city », la ville d’Eindhoven expérimente CityPulse où l’utilisation du Big Data pour la gestion de réponse aux incidents en temps réel. Ce projet pilote a été conçu par la SSII française Atos avec des partenaires clés, dont Intel, Eindhoven et le DITSS (Dutch Institute of Safety and Security).

La « rue de la Soif » la plus animée d’Europe

Cinquième ville des Pays-Bas et la première du Brabant-Septentrional avec plus de 220 000 habitants, Eindhoven veut mieux sécuriser la Stratumseind –, une des rues les plus festives d’Europe avec une cinquantaine de bars, restaurants et clubs sur une longueur de 225 mètres. Alors que 2000 à 3000 personnes y cheminent les soirs de semaine, plus de 10 000 fétards s’y pressent le samedi soir. L’alcool coule à flots et les incidents sont nombreux : 800 accidents annuels nécessiteraient l’intervention des services de sécurité. La ville veut se refaire une santé, réduire le nombre d’incidents et soutenir le dynamisme économique du quartier, grâce au Big Data.

Analyse en temps réel et Big Data

En s’appuyant sur le traitement massif de données et l’analyse en temps réel, Eindhoven veut faire de la Stratumseind, « un environnement plus sûr et plus agréable pour tous », habitants et visiteurs. La ville veut utiliser plus efficacement les ressources de police, limiter les coûts de nettoyage et de réparation pour la cité et ses acteurs économiques, et attirer davantage d’entreprises et de touristes.

Pour ce faire, cinq voies d’accès de la rue piétonne sont équipées de caméras et de micros afin d’alimenter un flux de données audio et vidéo en temps réel destiné au centre de commande et de contrôle de la police d’Eindhoven. Cette information de terrain est complétée de données recueillies depuis les médias sociaux pour obtenir « une image détaillée de la rue » et aider les autorités à anticiper ou désamorcer les situations critiques. Toute anomalie qui se démarque d’un schéma « normal » peut être croisée avec d’autres sources de données, selon les promoteurs du projet.

Les data scientists d’Atos

Outre les solutions de Sorama et vidéo de ViNotion, CityPulse utilise la technologie Intel (le fondeur a installé un centre sur le High Tech Campus d’Eindhoven) pour regrouper des données issues de sources multiples sans avoir à installer de capteurs spécifiques. À partir de ces données, les data scientists d’Atos créent des modèles qui peuvent se traduire par une série d’actions spécifiques. Lorsque l’analyse temps réel confirme qu’un incident se produit, le tableau de bord de CityPulse prévient la salle de contrôle de première intervention de la ville qui pourra agir à distance sur différents paramètres (l’intensité et la couleur de l’éclairage public, l’environnement sonore, la présence policière…). L’objectif : désamorcer les conflits ou y répondre au plus vite.

Lire aussi :
L’alliance Atos-Siemens s’étend du Big Data à la cybersécurité
Intel pose ses valises Big Data en région parisienne

crédit photo © r.classen / Shutterstock

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur