Le bureau idéal : trouver la bonne combinaison de périphériques

Poste de travail
shutterstock_272784251
0 0
Blog proposé par Dell EMC

Un bureau à domicile ne sera réellement pratique et ergonomique qu’une fois enrichi de quelques périphériques choisis avec soin. Priorité au confort !

Du poste de travail au système d’exploitation en passant par les différents périphériques, l’installation d’un bureau à domicile implique de faire de nombreux choix pour son environnement informatique. Voici, étape par étape, quelques conseils pour trouver les meilleures solutions.

Vous avez trouvé votre poste de travail idéal et l’écran adapté à vos besoins ? Vous avez dorénavant besoin d’y relier les périphériques nécessaires à vos tâches quotidiennes.

 

bureau-ideal-periph-souris

C’est probablement le périphérique le plus utilisé. La souris accompagne la plupart de nos actions sur un ordinateur. Les allergiques aux câbles se dirigeront vers un modèle sans fil mais devront veiller à l’état de la batterie ou des piles pour ne pas se retrouver en panne au moment de boucler un dossier urgent. La souris filaire offre également un meilleur temps de réponse. En termes de pointage, le laser bénéficie d’une meilleure précision que l’optique mais pour un coût plus élevé. Certains capteurs montent jusqu’à 16 000 ppp (points par pouce). Une résolution inutile à moins d’être un joueur invétéré, adepte du multi-écran et de l’ultra-haute définition. Si ce n’est pas votre cas, 1 000 ppp suffisent pour la grande majorité des usages bureautiques classiques. Le point important à prendre en compte pour un appareil utilisé à longueur de journée est surtout le confort de la prise en main. La seule solution ici est de tester différents appareils pour trouver celui correspondant le plus à votre morphologie. A noter qu’il existe aujourd’hui des souris verticales qui permettent de changer la position du bras.

bureau-ideal-periph-clavier

Inséparable de la souris, le clavier est l’autre périphérique de base de l’informatique. Il peut lui aussi être filaire ou sans fil. Ce dernier présente néanmoins un intérêt assez limité, le clavier étant beaucoup moins mobile que la souris. Dans un environnement où cohabitent de nombreuses connexions wifi ou bluetooth, il peut par ailleurs subir des déconnexions intempestives. En ce qui concerne les touches, deux grandes familles se distinguent : mécanique et à membrane. Le premier est le préféré des gamers. Chaque touche agit comme un interrupteur indépendant. Il a pour lui une plus grande solidité et un meilleur temps de réponse. Il est aussi plus cher et plus bruyant. Les claviers à membranes seront plus fins, plus silencieux et moins coûteux. Les touches sont disposées sur une membrane en plastique couvrant toute la surface du clavier et composée de trois couches. Une pression sur la touche permet de faire entrer en contact les membranes inférieure et supérieure et d’activer ainsi la fonction voulue. Ce sont les claviers les plus répandus. Les claviers « chiclet », que l’on retrouve sur de nombreux ordinateurs portables, sont également des claviers à membranes avec des touches plates et espacées. La connectique est également un point à vérifier. Des ports USB ou jack intégrés au clavier peuvent permettre de faciliter le branchement d’autres périphériques, comme une souris ou un casque.

bureau-ideal-periph-casque

Le travailleur distant n’est pas un collaborateur absent pour l’entreprise. Grâce aux technologies actuelles de collaboration, il reste en permanence en contact avec son équipe, ses partenaires ou ses clients. Un des équipements les plus utilisés par les professionnels est le micro-casque. Premier critère à vérifier, la présence d’un micro unidirectionnel et d’un réducteur de bruit pour que votre interlocuteur vous entende distinctement. Ensuite, la qualité sonore va dépendre de trois principaux éléments. La réponse en fréquence d’abord, est le spectre sonore que le casque est capable de reproduire. Idéalement, elle sera identique à celle perceptible par l’oreille humaine, soit de 20 à 20 000 Hz. Vient ensuite l’impédance, exprimée en ohms et dont la valeur varie entre 16 et 600 ohms. Elle indique la résistance du casque au signal électrique qui le traverse. Sur un PC, une impédance supérieure à 100 ohms risque d’atténuer le son, à moins de disposer d’une carte son dédiée. Enfin, la sensibilité indique le volume que le casque sera capable de restituer à une puissance donnée. Plus elle est importante, plus vous pourrez obtenir un volume élevé sans perte de qualité. Un critère moins primordial pour communiquer avec ses collègues. D’autres aspects plus pratiques peuvent également faire la différence comme les commandes présentes sur le cordon, le micro à tige flexible ou encore les coussinets ajustables.

bureau-ideal-periph-imprimante

Même si de plus en plus de documents sont désormais numérisés, le papier a encore une large place dans les échanges professionnels. C’est pourquoi le travailleur distant ne pourra se passer bien longtemps d’une imprimante efficace. La première étape sera de trancher entre jet d’encre et laser. De manière générale, la première est plus économique et polyvalente, la seconde plus productive. Si vos besoins en impression sont limitée, mieux vaut privilégier les machines jet d’encre avec cartouches séparées et intégrant un scanner pour pouvoir transmettre facilement par mail vos documents papier. En termes de résolution, 600 x 600 ppp pour l’impression et 1200 x 1200 ppp pour la numérisation sont des valeurs courantes qui satisferont les usages traditionnels. Certaines fonctionnalités peuvent également s’avérer très pratiques comme la connexion wifi, l’impression depuis un appareil mobile ou encore la prise en charge de clés USB ou de cartes mémoires.

bureau-ideal-periph-onduleur-1

Même s’il ne s’agit pas d’un périphérique à proprement parler, il est vivement recommandé lorsqu’on travail à domicile. L’onduleur va permettre d’absorber les variations de tension électrique pour assurer au poste de travail une alimentation stable, mais aussi, pour les modèles avec batterie, de continuer à l’alimenter en cas de panne de courant. L’autonomie peut varier selon les équipements mais dans tous les cas, elle laissera un délai suffisant pour sauvegarder les tâches en cours. Un investissement d’une centaine d’euros en moyenne qui va peut être sauver quelques heures de travail le jour ou la foudre tombera un peu trop près de votre domicile.

>> Pour plus d’information, rendez-vous surTech Page One