Bouygues Telecom sort de l’activité infrastructure

Gestion des réseauxMobilitéOperateursRéseaux
3 58 Donnez votre avis

Bouygues Telecom a revendu les 15% de participation qu’il détenait dans FPS, à laquelle il loue 2000 pylônes pour antennes relais.

En 2012 et 2013, Bouygues Telecom revendait 2166 pylônes à Antin Infrastructure Partners, société de gestion implantée à Paris et spécialisée dans les investissements en infrastructures. La gestion de ces structures, généralement métalliques en haut desquelles s’accrochent les antennes mobiles des opérateurs, était alors donnée à France Pylônes Services (FPS Towers), une entreprise créée pour l’occasion et dont l’opérateur détenait 15% du capital. Une part que vient de revendre Bouygues Telecom à Antin Infrastructure Partners, a annoncé ce dernier, mercredi 23 septembre.

La société d’investissement détient désormais 100% du capital de FPS Towers qui gère donc plus de 2000 tours pour quelque 18 000 antennes relais. Autant d’infrastructures louées aux opérateurs mobiles. A commencer par Bouygues Telecom qui avait signé avec FPS un accord-cadre d’hébergement et de service sur 20 ans, renouvelables par tranche de cinq ans à la faveur de l’opérateur.

Une activité en croissance de 30%

Il n’en reste pas moins que l’entreprise dirigée par Olivier Roussat tourne une page en sortant définitivement de l’activité infrastructure. Ce qui ne déplaira pas à FPS dont les liens capitalistiques avec un opérateur pouvait jeter des suspicions quant au traitement accordés à ses concurrents. « Avoir un opérateur comme actionnaire, quand on est une Tower Company, ça complique un peu les relations avec les autres », a expliqué aux Echos, Frédéric Zimer, le PDG de FPS.

Les détails de la transaction n’ont pas été révélés. Mais le montant serait largement supérieur au 30 millions d’euros payés à l’époque par Bouygues Telecom pour les 15% du capital de FPS. L’opérateur a ainsi profité de la croissance annuelle de 30% des résultats de l’exploitant des pylônes. Une petite bouffée d’air frais qui ne pourra qu’améliorer la santé financière encore fragile de l’opérateur qui refuse les offres de rachat d’Altice (Numericable-SFR) pour mener seul sa conquête du marché des télécoms en France. Bouygues Telecom exploite environ 15 000 sites d’antennes relais en France dont 10 000 hors pylônes (toits, terrasses…), 3000 pylônes loués à TDF et 2000 à FPS.


Lire également
Mutualisation Bouygues-SFR : suppression de 7 000 sites mobiles en vue
Le déploiement de la 4G s’accélère en août
Bouygues Telecom attaque Numericable-SFR pour manquement contractuel

crédit photo © hin255 – shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur