Cloud

La bureautique fait son nid dans le cloud

cloud
3 7 Donnez votre avis

Selon le Gartner, 50 millions d’utilisateurs d’outils bureautiques en ligne ne représenteraient que 8 % des systèmes bureautiques utilisés. Des chiffres qui devraient exploser…

L’étude « New Developments in the Cloud Office System Market », qui sera dévoilée lors du Gartner Portals, Content & Collaboration Summit 2013 qui se tiendra à la mi septembre à Londres, vient relativiser la multiplication des annonces autour de l’explosion de la bureautique en ligne.

Cloud Office System

Derrière l’expression ‘Cloud Office System’ se cachent les applications de messagerie (courriels), les premières et les plus importantes à migrer dans le nuage au cours des dernières années, ainsi que les applications plus traditionnellement appelées bureautiques.

Le Gartner a estimé que 50 millions d’employés en entreprises utilisaient une solution bureautique dans le cloud début 2013. Ce qui ne représenterait cependant que 8 % de l’ensemble des utilisateurs professionnels (hors Chine et Inde).

Mais ce chiffre devrait augmenter régulièrement, de 10 % par an. Atteindre 33 % des utilisateurs en 2017. Et 60 % en 2022, année où nous devrions être 685 millions d’utilisateurs.

Entre affirmation et multi-devices

Nos lecteurs savent combien nous sommes prudents quant aux prospectives du Gartner et à la tendance à l’enrichissement parfois démesuré, voire aux exagérations de certains de ses analystes. Comment arrivent-ils à un résultat aussi imposant ?

Pour consolider ses affirmations, le Gartner prend en considération un paramètre lui aussi tendanciel : le nombre d’appareils (devises) en production. Ainsi, ses analystes considèrent que nous – les utilisateurs d’outils bureautiques – utilisons désormais couramment 4 appareils. Par exemple un PC au bureau, un PC au domicile, un smartphone et une tablette.

Prenant en considération ce phénomène, l’étude estime que l’utilisateur devra disposer ou acquérir une licence pour chacun de ces appareils. Et qu’une partie de ces acquisitions sera à la charge de l’entreprise. Certains métiers seront les premiers concernés. En particulier l’industrie, la distribution, l’hôtellerie, l’éducation. D’autres comme la santé ou les services financiers, qui font l’objet de régulations plus strictes, y viendront plus tard.

Nous finirons tous par consommer du nuage…

Crédit photo © Beboy – Fotolia.com


Voir aussi

Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes