CA World 2015 : Simplifier le développement du mainframe jusqu’au mobile

Bases de donnéesCloudData & StockageÉvénementsGestion des réseauxRéseaux
2 4 Donnez votre avis

Les applications sont au cœur du succès d’un environnement informatique. D’où la nécessité de procurer le meilleur environnement aux programmeurs via une approche DevOps, et une visibilité complète et temps réel du système d’information, mainframe compris.

Pas évident pour CA Technologies de se présenter comme un innovateur investissant sur les plateformes applicatives de nouvelle génération, tout en restant l’un des acteurs du mainframe.

Pas si sûr.Le mainframe représente plus de 50% du chiffre d’affaires mondial de CA Technologies de 4,4 milliards de dollars en 2014 (pour une valorisation de près de 12,5 milliards). Et si l’éditeur restait jusqu’à présent plus discret sur ces activités, le renouveau de ces environnements semble avoir dissipé quelque peu ses craintes. Il est vrai que’ avec ses nouvelles gammes z-series, IBM a enregistré plus de 65% de croissance sur le haut de gamme en un trimestre, et CA compte bien profiter aussi de ce nouvel élan.

« Malgré un très léger recul annuel (un peu plus de 1%), le mainframe reste une plateforme de référence dans les grandes entreprises, dont il stocke 75% des données et assure la plupart des transactions. Un environnement qui s’intègre de plus en plus naturellement au reste du système d’information,» rapporte Mike Gregoire, PDG de CA Technologies.

Lors de CA World à Las Vegas, l’éditeur a annoncé l’extension de sa solution Service Virtualization qui incarne l’automatisation et la simplification des environnements de développement et de test dans une optique DevOps. Côté mainframe: l’intégration des system Z dans sa solution de supervision en temps réel UIM (CA Unified Infrastructure Management), et un outil d’analyse pour DB2.

Mieux superviser les environnements de développement

Exemple de fonctionnement de CA Virtual Network Assurance
Exemple de fonctionnement de CA Virtual Network Assurance

A l’ère du temps réel, les développeurs sont confrontés à la difficulté de travailler avec un environnement similaire à celui qui est en production, et avec des données les plus fraîches possible. Et bien entendu, il est hors de question d’impacter les environnements de production.

Destinée à émuler en mode réplication des environnements complets (ou quasiment complets, selon les besoins), Service Virtualization permet aux programmeurs de travailler sur des informations en quasi-temps réel pour leurs tests et développements.

Profitant de son événement annuel mondial, l’éditeur annonce la possibilité de déployer ces environnements répliqués avec Service Virtualization sur le cloud Microsoft Azure, accessible sur Azure Marketplace à un tarif horaire. Simplicité et maîtrise des coûts. Et surtout, la possibilité de réduire les frais d’achat de matériels uniquement destinés aux développements et aux tests.

Service Virtualization s’enrichit également de Virtual Network Assurance offrant une supervision unifiée des réseaux virtuels dynamiques (SDN/NFV Software Defined Network/Network Functions Virtualization) et des réseaux classiques. Bien plus que de la supervision, la solution propose également de définir des mesures de correction ou d’allocations pour dépanner ou optimiser le trafic. Bref un ajustement dynamique et continu sans intervention humaine, si ce n’est pour en définir et en optimiser les règles.

Le mainframe toujours à l’affiche

David Hodgson, CA Technologies
David Hodgson, CA Technologies

Présentée comme “ la seule solution unifiée de gestion d’infrastructure fournissant une visibilité complète sur les services applicatifs des systèmes mainframes aux terminaux mobiles“, Unified Infrastructure Management for z systems intègre toute la pile de ces environnements (matérielle et logicielle) à la solution de supervision de l’éditeur. Une visibilité globale des mainframes aux systèmes distribués favorisant la détection de bout en bout des incidents et accélérant donc les temps de résolution. Indispensable, puisque la grande majorité des transactions dans le monde sont réalisées sur des mainframes.
« Cette extension permet de superviser les bases de données, le réseau, le stockage, le système… sous les mainframes system-Z, aussi bien sous Linux que sous zOS,» précise David Hodgson, directeur général de la Mainframe Business Unit chez CA Technologies. «Ainsi, l’entreprise dispose d’une vue unique de tout son système d’information du mobile jusqu’au mainframe. Une visualisation dynamique en temps réel, avec possibilité d’intervention directe, dans le respect des droits d’accès et d’authentification.»

Par ailleurs, une annonce plus discrète concerne la performance des données en environnement mainframe avec Performance Analytics for DB2. Cependant, cette solution ne se limite pas à l’optimisation des requêtes.

«Cette offre SaaS hébergée dans nos datacenters mesure les performances de requêtes SQL. Ces mesures sont envoyées au service cloud, qui affiche l’activité et permet de détecter les pics d’utilisation, planifiés ou non. Par extension, l’entreprise peut déceler des tendances qui n’apparaissent pas comme anormales, car sous les seuils d’alerte. De petits pics de plus en plus importants de façon régulière peuvent pourtant annoncer une préoccupation majeure, indétectable autrement,» souligne David Hodgson. «Et si l’on combine ce type d’information avec les mesures sur le stockage, le réseau et le système, on obtient une analyse prédictive sur des tendances fortes à surveiller.»

Après une semaine passée à CA World, un autre constat s‘impose. Si l’éditeur affirme travailler fortement sur l’analytique, le machine learning et l’intelligence artificielle, on constate que cette dimension analytique reste pauvre dans ses solutions. Pourtant, cet axe est devenu majeur dans cette discipline. A suivre.

A lire aussi :

CA World 2015- L’ALM au service de l’agilité et du Devops

CA World 2015 – Une stratégie très API centric


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur