Capgemini, Atos et Sopra Steria : des semestriels sans effet Brexit

Big DataCloudData & StockageProjetsSSII
0 37 Donnez votre avis

Forts de bons résultats au 1er semestre 2016, les groupes de services IT français Capgemini et Atos ont relevé leurs perspectives annuelles. Sopra Steria, prudent, a confirmé ses objectifs.

Les résultats de poids lourds français des services informatiques ont été peu impactés par le vote du Brexit en juin. Capgemini a publié un chiffre d’affaires de 6,257 milliards d’euros au 1er semestre 2016, en hausse de 3,3 % à périmètre et taux de change constants par rapport au 1er semestre 2015.

« Nos offres Digital et Cloud confirment leur dynamisme avec une hausse de 32 % du chiffre d’affaires. Notre activité de Conseil bénéficie également de son positionnement sur la transformation digitale avec une croissance de 8,1 % », a déclaré le Pdg de Capgemini, Paul Hermelin.

Capgemini dans les nuages

En France, le chiffre d’affaires de Capgemini a progressé de 4,8 % à taux de change constants. Le chiffre d’affaires de la région Royaume-Uni et Irlande a gagné 8,6 %. Et la dynamique est encore plus forte (+36,2 %) en Amérique du Nord (30 % du CA du groupe). L’intégration d’IGate est digérée.

Globalement, les prises de commandes ont atteint 6,341 milliards d’euros, contre 5,309 milliards au premier semestre 2015. La marge opérationnelle s’établit à 638 millions d’euros (+31 % sur un an). Elle représente 10,2 % du chiffre d’affaires, « avec une progression dans toutes les régions et tous les métiers du groupe ». Et le résultat net de l’entreprise a lui progressé de 26 % à 366 millions d’euros.

Capgemini a donc relevé ses perspectives de marge opérationnelle de 11,3 % à 11,5 % pour 2016.

Big Business pour Atos

Atos, de son côté, affiche un résultat net de 205 millions d’euros au 1er semestre 2016, en hausse de 67 %. À 5,697 milliards d’euros, son chiffre d’affaires a gagné 1,7 % à périmètre et taux de change constants. Et les prises de commandes ont bondi de 24 %, à 6,309 milliards d’euros.

La marge opérationnelle d’Atos a atteint 444,4 millions d’euros, soit une progression de 23 %. Elle représente 7,8 % du chiffre d’affaires. Quant au flux de trésorerie disponible, il s’est élevé à 181 millions d’euros au premier semestre 2016 (+74,2 % par rapport au premier semestre 2015).

Pour le Pdg d’Atos, Thierry Breton, ces « très bons résultats financiers » témoignent de la pertinence d’une « stratégie » orientée sur la gestion des données et les infrastructures. Le but :  « vendre les solutions et expertises de l’ensemble de nos lignes de services  », de l’infogérance à la cybersécurité.

Le groupe a donc révisé ses objectifs à la hausse pour 2016. Désormais, Atos prévoit une croissance organique de 1,5 à 2 % de son chiffre d’affaires sur l’ensemble de l’exercice, contre 0,4 % précédemment. Mercredi 27 juillet, au lendemain de cette annonce, le titre a bondi de 8,54 % à 86 euros. Et la capitalisation boursière d’Atos atteint des sommets, près de 9 milliards d’euros !

Sopra Steria prudent

Fusionné en 2014, le groupe Sopra Steria a réalisé un chiffre d’affaires de 1,878 milliard d’euros au premier semestre 2016. Soit une hausse de 5,4 % à taux de change et périmètre constants. Le résultat opérationnel d’activité a lui progressé de 25 % à 134,2 millions d’euros. Et le bénéfice net s’établit à 54 millions d’euros, contre 26,9 millions d’euros au premier semestre 2015.

En France, le groupe présidé par Pierre Pasquier réalise plus d’un tiers de ses ventes, avec un chiffre d’affaires semestriel de 778,8 millions d’euros (+9,5 %). L’activité conseil et intégration de systèmes de la société se porte bien (+11,5 % de croissance organique dans le pays). Mais l’entité I2S (Infrastructure & Security Services) reste en décroissance d’environ 3 % sur le semestre.

Au Royaume-Uni, le chiffre d’affaires de Sopra Steria est en léger repli organique (-0,9 %). En revanche, dans le reste de l’Europe, ses revenus ont progressé de 5,7 % à 346,3 millions d’euros.

Côté logiciels, Sopra Banking Software a enregistré une croissance organique de 7,4 % à 160 millions d’euros. Et les autres solutions (RH, immobilier) ont progressé de 1,7 % à plus de 100 millions d’euros.

Prudent, le groupe Sopra Steria a simplement confirmé ses objectifs pour 2016. Soit : une croissance organique de son chiffre d’affaires annuel de 3 à 5 %, un taux de marge opérationnelle d’activité supérieur à 7,5 % et, enfin, une « nette augmentation » du flux net de trésorerie disponible.

Lire aussi :

Les dépenses IT resteraient stables en 2016, malgré le Brexit ?

Top 10 des SSII : la chute d’IBM laisse le champ libre à Capgemini

Atos se veut le fer de lance des supercalculateurs exaflopiques

crédit photo © violetkaipa / shuttertock.com

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur