Tests applicatifs : Les approches DevOps et agiles gagnent du terrain

DéveloppeursDSIGouvernanceProjetsRégulations
5 41 Donnez votre avis

Les méthodes agiles et DevOps ont le vent en poupe. Toutefois, elles s’accompagnent de nouveaux défis pour les entreprises en matière de qualité des applications.

Capgemini, Sogeti et HPE livrent l’édition 2016 du World Quality Report. Une étude qui se charge d’analyser le niveau de qualité des applications, et ce dans 32 pays différents.

La partie du budget IT consacrée à l’assurance qualité est en baisse. Elle retombe cette année à 31 %, contre 35 % l’année passée. Elle devrait toutefois remonter à 40 % d’ici 2019, indique le rapport.

L’approche DevOps gagne du terrain

L’étude souligne la montée des méthodes agiles et DevOps, qui permettent de rapprocher les développeurs des équipes métiers.

En permettant de créer des produits mieux adaptés aux besoins des utilisateurs et en proposant à ces derniers de les tester dès le début du projet, l’approche DevOps réduit mécaniquement le recours aux solutions d’assurance qualité.

Toutefois, elle induit de nouveaux défis. Celui de faire travailler ensemble des équipes métiers habituellement cloisonnées. Celui aussi d’être proactif dans la phase de test. 40 % des entreprises s’appuient à cet effet sur des systèmes d’analyse prédictive permettant d’automatiser le processus de test.

Malgré ses atouts, l’approche DevOps ne convainc pas toutes les entreprises. « 44 % d’entre elles se montrent réticentes à l’idée de faire participer les équipes de test à la phase initiale de planification craignant que cela ne retarde la mise en vente », précise l’étude.

C’est toutefois ici se tromper de problème, car si la phase de développement peut effectivement se montrer plus longue, la mise en production est plus rapide (puisque le produit est partiellement en production dès son développement). De plus, le taux d’échec est bien plus faible qu’avec des méthodologies de gestion de projet traditionnelles. Reste bien entendu la résistance au changement, principal frein à l’adoption de l’approche DevOps.

« Les organisations doivent proactivement supprimer les silos qui scindent leurs activités commerciales, le développement, la qualité et les opérations, avoir recours aux méthodes agiles ou DevOps et se concentrer sur la création de valeur pour le client final, explique Hans van Waayenburg, membre du Comité Exécutif du groupe Capgemini et responsable de la ligne de service mondiale Testing. Pour prendre une longueur d’avance, les acteurs en charge des tests et de l’Assurance Qualité doivent intégrer les écosystèmes de tests automatisés, l’analyse prédictive, ainsi que des outils de tests et d’Assurance Qualité intelligents. »

De nouveaux marchés, mais sans outils

85 % des entreprises exploitent l’Internet des Objets. Toutefois, 68 % d’entre elles avouent ne pas disposer de stratégie de tests adaptée. Le rapport recommande d’adopter une approche basée sur la gestion des risques, avec des outils en mode « as a service » pour gérer les environnements de test, les données et l’exécution des tests.

Reste à déterminer ce que les entreprises entendent par IoT. Pour beaucoup, l’Internet des Objets se borne en effet à exploiter des données remontées par des applications mobiles. Des logiciels pour lesquels les solutions de test utilisées pour les offres web demeurent en grande partie adaptées.

À lire aussi :
DevOps Express, un programme pour accompagner la mouvance DevOps
Intel dévoile Joule, des modules IoT et réalité augmentée
Jenkins et Docker, le couple star des équipes DevOps ?

Crédit photo : © Rawpixel – Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur