Carl Grivner, CEO Colt : « Avec le SDN et le SD-WAN, le réseau devient on demand »

CloudDatacentersFibreFirewallGestion des réseauxM2MMobilitéOperateursProjetsRéseauxSécurité
1 12 Donnez votre avis

Le dirigeant de Colt Technology, Carl Grivner, réaffirme son attachement à investir dans le réseau et à développer son offre de SDN. Il souligne aussi les opportunités du Cloud et de l’IoT.

Carl Grivner (photo ci-dessus) a pris les rênes de Colt Technology le 1er janvier 2016 en remplacement de Rakesh Bhasin, figure historique de l’opérateur. A la faveur d’une montée en puissance du fonds Fidelity, le nouveau dirigeant était auparavant responsable du câblo-opérateur asiatique Pacnet. Un attachement au réseau chevillé au corps, nous explique Carl Grivner, rencontré à Berlin. « Quand nous avons redéfini la stratégie de Colt pour les prochaines années, nous avons décidé d’injecter 400 millions d’euros supplémentaires dans le réseau. » Ce dernier est la pépite de l’opérateur, nommé IQ Network. Il est sécurisé, à haute disponibilité et s’étend sur trois continents.

Mais ce réseau reconnu notamment par les places financières se transforme pour s’adapter à la virtualisation, le SDN (Software Defined Network). « Beaucoup en parle, mais finalement peu en font. Pourtant, avec le développement des applications dans le Cloud, il est devenu essentiel de s’occuper de la performance du réseau et d’avoir la même flexibilité que procure le Cloud », assure Carl Grivner.  Colt a choisi de s’appuyer sur son propre SDN. « Il s’agit d’une solution Open Source nommée Pacnet basée sur Openflow. Nous voulions être indépendant des constructeurs pour pouvoir s’interconnecter avec n’importe quels opérateurs via des API. » 

Une équation économique à trouver sur l’interopérabilité du SDN

Et cette interconnexion a débuté. En novembre dernier, AT&T et Colt ont annoncé la réussite d’un test d’une infrastructure standard d’API assurant l’interopérabilité d’architectures SDN de différents opérateurs réseaux. Un test similaire a été réalisé avec Orange en France. « Ces tests ont permis d’ouvrir la voie à la création d’un écosystème, d’une fédération autour du réseau à la demande et plus encore de la bande passante à la demande », constate Carl Grivner. Mais il reste la question épineuse du partage des revenus entre les opérateurs. « C’est une bonne question. Nous avons réalisé les efforts techniques pour réussir les tests, les questions économiques sont encore en discussion. Il faut trouver de nouveaux modèles économiques », avoue le responsable.

La bande passante va être primordiale dans les années à venir assure le CEO. « Le Cloud et l’Internet des objets vont accroître les besoins en capacité. »  Sur le Cloud, il précise que « les clients des plus grands fournisseurs de services Cloud réclament des temps de latence faibles pour leurs applications, pour la restauration des données dans le cas de PRA (plan de reprise d’activité). C’est ce marché que nous voulons adresser ». A cette fin, il a lancé en 2015 l’offre DCnet on demand, offrant le management de la bande passante entre plusieurs datacenters utilisés par une même entreprise.

SD-WAN des évolutions attendues en 2017

Idem pour l’IoT, « le besoin en matière de réseau est très important » et de citer l’exemple des voitures autonomes. « Les premiers tests d’une voiture autonome montrent qu’elle produit environ 5 To de données par jour, il faut donc que le réseau puisse tenir la charge », dit en souriant Carl Grivner. Et l’histoire se répète sur le très haut débit mobile. « La 5G où l’on prévoit des débits de 1 Gbt/s va demander un backbone fibre important. »

Sur la roadmap de l’opérateur, le credo du réseau demeure avec le développement des offres à la demande. Il y a quelques jours, Colt a lancé son offre Ethernet on Demand donnant aux entreprises la capacité depuis un portail web d’ajuster leur bande passante. Autre territoire de croissance, le SD-WAN (software-defined wide-area-network), basé sur l’offre de la start-up américaine Versa, donnant aux entreprises la possibilité de déporter certains services, comme l’e-mail ou la navigation web, sur le réseau Internet afin de soulager les liens MPLS réservés aux applications critiques. C’est aussi un moyen de disposer rapidement de capacités supplémentaire de bande passante à des coûts modérés tout en limitant les besoins de gestion.

L’Europe et l’Asie, territoires du Cloud on -demand

En 2017, le SD-WAN va s’étendre à d’autres pays comme l’Asie (à travers KVH) et embarquer plus de fonctionnalités et de capacité avec une plus grande automatisation et une intégration plus importante. Exemple, sur la sécurité, Colt intègre aujourd’hui un firewall basique. A l’avenir, le firewall sera plus élaboré et en mode software il sera implémenté dans un serveur x86 classique, assure t-on chez l’opérateur.

Interrogé sur une expansion vers d’autres pays, Carl Grivner, reste inflexible. « Nous allons continuer à investir en Europe et en Asie. Il s’agit de territoires de croissance importante comme le montre les offres on demand sur le Cloud notamment Azure et AWS. » Il botte en touche sur la rumeur évoquant Colt comme prestataire d’un des datacenters d’AWS en France.  En tout cas, Colt Technology accélère sur sa stratégie réseau et tient à montrer son savoir-faire.

A lire aussi :

Colt s’attaque au SD-WAN en Europe

Colt veut interconnecter 560 datacenters dans le monde


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur