Christian Ligier, Red Hat : « Le marché des télécoms est primordial pour nous »

CloudDatacentersDSIGestion des réseauxLogicielsOpen SourceOperateursOrchestrationProjetsRéseauxVirtualisation

OpenStack « carrier grade », certification NFV, accompagnement des opérateurs, Red Hat revient sur le rôle de l’Open Source au service des télécoms.

On n’attendait pas nécessairement Red Hat dans le secteur des télécoms. Et pourtant, le spécialiste de l’Open Source s’y investit massivement. « C’est un marché primordial pour Red Hat, nous confie Christian Ligier, responsable des ventes EMEA et monsieur télécoms de l’éditeur américain. Même si les télécoms ne constituent pas notre première source de revenus, nous avons entrepris un très gros travail pour renforcer notre structure avec un pôle d’expertise et de compétences. »

Ce qui s’est traduit par la création, cette année, d’une division dédiée. Mise à la disposition des clients, celle-ci permet à l’éditeur de renforcer sa structure commerciale en animant l’écosystème à travers les relations avec les éditeurs de logiciels, les fabricants de matériels pour les datacenters, les équipementiers historiques et les opérateurs. « Les équipementiers assurent le lien entre toutes les offres », précise le responsable. Sur ce point, Red Hat travaille avec les ténors du secteur, Nokia, Ericsson, Cisco, voire Huawei « de manière plus ponctuelle quand le client nous le demande ». Mais aussi avec Nuage Networks (Nokia) et Juniper sur la partie SDN (Software Defined Networks). « On essaie de travailler avec le plus grand nombre possible de partenaires. »

Le standard Red Hat du NFV

Christian Ligier, responsable des ventes EMEA et monsieur télécoms chez Red Hat
Christian Ligier, responsable des ventes EMEA et monsieur télécoms chez Red Hat

Le NFV constitue l’essentiel de l’activité de Red Hat dans le secteur des télécoms. L’entreprise a d’ailleurs introduit un programme de certification propre à la virtualisation des fonctions réseau, avec le plus grand nombre possible de fournisseurs d’infrastructure logicielle et hardware pour accélérer le time to market auprès des clients. Le spécialiste Linux travaille aussi avec l’ETSI (European Telecommunications Standards Institute) pour réaliser des PoC (prototypes) et a rapproché OpenStack d’une classe « carrier grade » plus conforme aux besoins télécoms. Rappelons également l’accord de partenariat signé en octobre avec Ericsson qui adopte Red Hat OpenStack. « Je dirais qu’on est en train de devenir plus ou moins un standard sur le marché NFV à la fois chez les opérateurs et chez les acteurs de l’écosystème », estime Christian Ligier.

A titre d’exemple, l’éditeur a récemment signé avec Cisco pour développer une infrastructure NFV (Network Functions Virtualization) basée sur l’OpenStack maison et sur les plates-formes UCS de l’équipementier américain pour l’opérateur casaque KazTransCom. De manière plus globale autour de la transformation digitale, Red Hat a notamment travaillé avec Deutsche Telekom sur le développement d’un Paas basé sur OpenShift et Jboss. Ou encore avec Swisscom sur le service de stockage en ligne MyCloud, basé sur OpenStack en Iaas et de la virtualisation, pour « retirer la complexité de l’utilisation de multiples solutions historiques pour passer sur une infrastructure uniquement Open Source ».

Aider les opérateurs à embrasser l’Open Source

Red Hat profite en effet de la transformation du marché qui pousse les opérateurs, comme nombre d’entreprises, à se monter plus agiles et réactifs pour optimiser leur infrastructure et faire évoluer leurs services face à la concurrence et à la pression de la demande. Une évolution qui passe, aux yeux de l’entreprise de Raleigh, par le modèle Open Source, ses communautés de développeurs, sa garantie d’interopérabilité et d’indépendance vis-à-vis des acteurs de solutions propriétaires. Dans ce cadre, elle entend naturellement se placer comme un interlocuteur Open Source pour aider les opérateurs à embrasser cet univers.

« Le constat que la plupart du business des OTT (les acteurs du web qui s’appuient sur les réseaux pour exploiter leurs services aux dépens des opérateurs, NDLR) et des Gafa tourne sur Open Source est, pour les opérateurs, un gage de l’innovation que peut apporter la collaboration avec ce monde là », souligne notre interlocuteur. Red Hat  propose donc d’aider ses clients et partenaires à contribuer aux développements « de manière à être au plus près des innovations qui vont arriver dans le monde Open Source » tout en bénéficiant d’une compréhension de l’environnement « pour éviter de se faire enfermer dans des développements qui deviendraient propriétaires ». Un triple rôle de conseil technique, commercial et juridique pour Red Hat.

L’appréhension de l’Open Source progresse

« Les opérateurs nous demande de les aider à mieux comprendre le monde de l’Open Source afin de mieux en profiter afin de ne pas être à la suite de ces innovations, résume le responsable. C’est plus un partenariat applicatif sous forme de workshop car, en l’occurrence, sur ces aspects, on ne vend rien. » Pas développement à la carte donc. Au contraire, l’éditeur pousse ses interlocuteurs à proposer à la communauté Open Source le développement d’une fonctionnalité dont ils ont besoin pour en faire un produit mainstream. Un changement radical dans la culture jusqu’alors plutôt fermée du secteur des télécoms.

Un niveau de maturité diversement acquis par les opérateurs. « les Tiers I comprennent mais ont du mal à adopter le rythme. Les Tiers II et III adoptent une démarche plus agile et plus en conformité avec l’Open Source, souligne Selon Christian Ligier, mais globalement, l’appréhension avec l’Open Source progresse. »

Paas et Naas chez Orange

C’est notamment le cas chez Orange. En juin dernier, à l’occasion du Red Hat Summit, l’opérateur français évoquait sa transformation digitale à travers la présentation de son Paas (Platform as a service), basée sur OpenShift, sur lequel il bascule ses applications commerciales et de back office. « Selon leur plan, ils doivent être aujourd’hui à un millier d’applications basculées », indique notre interlocuteur.

Sur la partie NFV, Orange Business Services (OBS) avait annoncé Easy Go Network, une offre de réseau à la carte (Network as a service) pour déployer instantanément des NFV pour les succursales. Une offre basée sur une infrastructure Red Hat avec un SDN de Juniper. « Ce que je trouve impressionnant dans ce projet c’est qu’il a été annoncé en mars et le service était lancé le 7 novembre dernier dans 75 pays. » Une rapidité d’exécution auquel le monde des opérateurs ne nous avait pas habitués. Un nouveau rythme notamment impulsé par Red Hat.


Lire également
Airbus accélère sa stratégie Open Source
Red Hat France : « Nous sommes dans une dynamique extrêmement positive »
Les 25 ans de Linux vus par Red Hat


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur