Chrome accélérera avec la version 52 et mettra le turbo avec la 53

AppsMobilitéNavigateursPoste de travail
3 7 Donnez votre avis

Google prévoit une accélération du rendu des pages web dans Chrome 52, puis un coup de boost général sur le moteur graphique pour Chrome 53.

La prochaine version du navigateur web Google Chrome devrait mettre l’accent sur les performances. Avec la propriété CSS ‘contain’ tout d’abord, qui permettra de réduire la complexité des pages web et ainsi d’améliorer leur vitesse de rendu.

Autre avancée, la possibilité de collecter des données de télémétrie sur des sites en production, via l’API PerformanceObserver. Elle offrira aux développeurs d’applications web de collecter des données d’utilisation basées sur des visites réelles et non des scénarios de test.

Enfin, l’affichage des pages web devrait s’accélérer. Il s’effectue d’ores et déjà de façon progressive, au fur et à mesure du chargement des ressources requises. Une opération qui sera améliorée dans Chrome 52.

Chrome 53 : une version aux stéroïdes

Les ingénieurs de Google vont prochainement apporter les premiers résultats de leur refonte du moteur graphique du navigateur web. Au menu de cette première fournée, attendue pour Chrome 53, un gain d’environ 47 % sur divers tests graphiques, permettant ainsi au butineur de dépasser la concurrence. De +25 % à +200 % suivant les cas, assure Google.

Le gain sur divers tests graphiques va de +7 % à +161 % entre Chrome 53 et Chrome 51 sous OS X. Il devrait être moins important sous Windows, où la pile graphique de Chrome était déjà bien optimisée. Toutefois, il pourra atteindre les fois 10 sous Android. Chrome se montrera ainsi jusqu’à 5 fois plus véloce que la dernière version de Safari tournant sur un iPad Air 2. Tous les résultats des tests opérés par Google se trouvent sur cette page web.

Chrome, moins sécurisé qu’il ne le dit ?

Chrome aurait été touché récemment par une fe majeure présente dans son lecteur de PDF intégré. Détectée par Aleksandar Nikolic, de Cisco Talos, elle permet de faire fonctionner du code distant sur la machine d’un utilisateur. La mise à niveau du butineur doit être réalisée de façon urgente, explique Talos.

La vulnérabilité CVE-2016-1681 dont il est question a été corrigée seulement 6 jours après sa découverte, lors de la sortie de Chrome 51. Voir à ce propos notre précédent article « Google bouche les fuites de données du navigateur Chrome ». Elle était classée comme non-critique par le géant du web, quoique d’un niveau élevé.

La firme de Mountain View tenterait-elle de minimiser l’impact de cette vulnérabilité ? En fait non, car Talos oublie de préciser que si les pirates peuvent effectivement exploiter cette faille pour lancer du code tiers sur Chrome, ce code restera enfermé dans l’onglet touché, le bac à sable empêchant tout débordement sur le reste du système.

Problème clos donc, même si nous regrettons par ailleurs que Google considère toujours comme non-critiques les failles liées à la fuite de données, qui sont pourtant potentiellement gravissimes pour un utilisateur, même si sans impact sur la sécurité de sa machine.

À lire aussi :
Dossier comparatif : les meilleurs navigateurs web pour Windows 10
10 questions sur les navigateurs web oubliés (quiz)
Chromebooks : explosion des ventes attendues

Crédit photo : © Evan Lorne – Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur