CloudLogiciels

Cisco pousse le 100 giga, l’automatisation du datacenter et le wifi…

Cisco Live 2012 Londres_demo 'network architecture'
0 1 Donnez votre avis

Lors de Cisco Live, à Londres, l’équipementier élargit le 100 gigabits/s sur ses commutateurs au sein du datacenter, lequel s’automatise un peu plus. Et le wifi gagne en performances.

Londres – Le débit de 100 gigabit/s reste un luxe. Jusqu’ici, chez Cisco, c’était, par exemple, l’apanage du méga-routeur CRS 1 introduit au début des années 2000.  En 2012, ce très haut débit devient  accessible au sein de l’entreprise, du moins au coeur du datacenter.

Selon l’indice ‘Cloud Index‘ de Cisco, qui mesure l’augmentation du trafic de données au sein des datacenters, plus de 50% des tâches exécutées au sein des centres de données d’entreprise le seront dans un ‘cloud’ d’ici à 2014. Autre estimation : globalement, le trafic ‘datacenter’ va quadrupler d’ici 2015 et le volume des données transitant par le Cloud sera multiplié par 12.  En clair, la progression des flux vidéo, la prolifération des accès réseau via les mobiles et la volumétrie croissante des données vont bousculer les datacenters. Et  la  multiplication de liens à 10 gigabit/s va s’imposer.

D’où la réponse du géant de l’Internet

– le commutateur Nexus 7000 voit ses capacités Ethernet étendues de 10 à  40 et 100 Gigabit-Ethernet;  deux nouvelles versions de modules M2, conçus pour ce même Nexus 7000,  sont introduites, apportant, là encore, des débits de 100 gigabit/s :

. un module 2 ports M2 pour Nexus 7000 apporte jusqu’à 32 ports non-bloquants de 100 gigas; il est adapté, par exemple, pour supporter la restauration, après sinistre, sur un datacenter distant, en secours;
. un module 6 ports M2 pour Nexus 7000 apporte jusqu’à 96 ports non-bloquants de 40 gigas.

– la gamme des commutateurs Nexus 3000 s’enrichit du modèle 3064-X, qui bénéficie d’un très faible temps de latence (connectivité : 1, 10 et 40 Gigabit Ethernet);

– la gamme des commutateurs Catalyst 4000 accueille le modèle 4500-X, positionné comme « commutateur d’agrégation, destiné aux réseaux fixes à espace restreint; il apporte une « virtualisation simplifiée du réseau », grâce à la technologie Easy Virtual Network également disponible sur les commutateurs Catalyst 6500 et ASR 1000;

– l’appliance de commutation Nexus 1010-X, au coeur du datacenter, accueille des services de virtualisation extensibles;

– le Nexus 1000v reçoit les fonctionnalités VXLAN (virtual extensible LAN) qui étendent de façon radicale le nombre de LAN virtuels possible, permettant, par exemple, une séparation logique sécurisée entre des applications ou des  sessions clients (tenants) sur un même ‘cloud’.

Orchestration, administration, automatisation du datacenter

Par ailleurs, Cisco élargit son offre d’outils pour faciliter la gestion du datacenter et automatiser certaines tâches comme le ‘provisioning’ des ressources. CloudVerse, annoncé en décembre dernier, est confirmé comme pièce maîtresse de la nouvelle offre permettant d’extravertir le datacenter, avec, notamment, un ‘portail’ de gestion des ressources, dans le contexte d’une stratégie multi-cloud vers les hébergeurs.
« CloudVerse, la nouvelle approche architecturale autour du Cloud Computing de Cisco,  met en synergie les technologies de virtualisation et de DataCenter, de collaboration et d’infrastructure de Cisco, ainsi que des services et de nouvelles solutions d’administration du ‘cloud’», souligne Olivier Seznec, CTO de Cisco France.

L’offre d’administration provient de développements Cisco et de solutions issues des rachats de Newscale, Tidal Software (acquis en avril 2009) ou encore Linesider. La plateforme Cisco IAC, plutôt impressionnante sur CiscoLive, aligne notamment:
– le portail Cisco Cloud Portal, qui permet de commander les VM (virtual machines) requises et de suivre sa “commande”,
– le logiciel d’orchestration – Cisco Process Orchestrator – qui lance l’exécution et le workflow’ de cette commande, via différents logiciels d’activation (pour monter les machines virtuelles (Vcenter de VMWare et/ou UCS Manager. Ainsi,  Network Service Manager va configurer le réseau, la sécurité, etc. en fonction des VMs commandées. De même, ‘Cisco Intelligent automation for cloud‘ gère le self-provisioning au niveau du ‘cloud’.
La nouvelle plateforme d’orchestration/administration apporte donc une touche ‘self-service’, pour la mise à disposition de configurations de VM , par exemple, dans un contexte de ‘cloud’ ou de ‘clusters’ distribués.

Optimisation des accès Wifi

En parallèle, Cisco annonce une extension de son offre wifi avec la nouvelle borne  Cisco Aironet 3600 (ou Access Point à la norme 802.11n). C’est « la première borne wifi permettant de se connecter depuis n’importe quel appareil sans fil, ou terminal, même si le signal est faible », explique Cisco. Elle est dotée d’une 4e antenne et intègre le nouveau ClientLink 2.0, qui améliore les performances:

. vitesse 30 % plus rapide ; bien adaptée aux services de ‘Cloud computing’ et de virtualisation du poste de travail, grâce à un temps de latence très court;
. gain de vitesse même sur une distance de connexion non-standard;
. gestion simplifiée et sécurisée, avec Cisco Prime Network Control System (PNCS) et Cisco Identity Services Engine (ISE) – ce qui la prédispose aux environnements de travail ouverts dans les entreprises ayant adopté la fameuse pratique ‘BYOD‘ (Bring your own device!).

Son prix est annoncé à 1 595 dollars avec antenne externe (sinon, c’est 100 dollars de moins avec antenne interne). Disponibilité immédiate, sauf le module de monitoring RF (prévu pour le 2e semestre 2012).