Citrix à la recherche d’un repreneur

AppsCloudCollaborationLogicielsMobilitéPoste de travailProjetsRégulationsVirtualisation
7 120 Donnez votre avis

Acculé par le fonds d’investissement Elliott Management, Citrix chercherait à se vendre en bloc plutôt que de céder des actifs.

Les rumeurs de vente de Citrix s’intensifient. L’éditeur de solutions de communication unifiée chercherait un repreneur pour l’ensemble des activités plutôt que de se séparer de quelques actifs, rapporte l’agence Reuters qui s’appuie sur des témoignages de personnes proches du dossier souhaitant conserver l’anonymat en regard des discussions en cours.

Citrix aurait ainsi engagé de nouvelles négociations avec des repreneurs potentiels. Dell et le fonds d’investissement Silver Lake sont notamment cités mais les deux entités ont refusé de confirmer l’information à l’agence de presse. L’éditeur américain dispose pour sa part d’une capitalisation de 11,6 milliards de dollars.

Elliott Management met la pression

La firme est sous pression depuis quelques mois. Malgré une hausse du chiffre d’affaires, ses résultats nets ont baissés en 2014 à 252 millions de dollars contre 340 millions en 2013. Un recul qui a poussé l’entreprise dans une restructuration de 900 postes, soit près de 10% de ses effectifs. Les résultats se sont certes améliorés au premier semestre 2015 (163 millions de dollars contre 142 un an plus tôt) mais l’éditeur a annoncé le départ de son dirigeant, Mark Templeton. Il restera néanmoins en poste jusqu’à la nomination de son successeur.

Mais c’est surtout Elliott Management qui accentue la pression. Le fonds d’investissement, qui détient 7,5% du capital de Citrix, est monté en puissance en juillet dernier avec la nomination d’un de ses sbires, Jesse Cohn, un responsable senior du portefeuille du fonds, au sein du conseil d’administration. Elliott Management n’avait pas caché son intention de revendre certaines unités de Citrix. Dont la plus porteuse, la famille de produits GoTo. L’investisseur aurait également invité l’éditeur à se séparer de NetScaler, solutions de gestion des performances du réseau et de distribution d’applications. Des cessions qui pourraient pousser Citrix à se séparer de l’ensemble de ses actifs (virtualisation, Cloud, mobilité, partage de fichiers…) ce qui entrainerait probablement sa disparition pure et simple. Pour éviter ce scénario, Citrix tente, dans une ultime tentative, de se vendre en bloc.


Lire également
Citrix : Mark Templeton se retire, Elliott Management monte au board
Citrix sur la défensive va supprimer 900 emplois
Citrix en ordre de bataille pour la migration vers Windows 10

crédit photo © zimmytws / Shutterstock.com

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur