Le Cloud gagne du terrain en France dans les grandes entreprises

CloudDSILogicielsProjetsSécuritéServeurs
9 184 Donnez votre avis

L’adoption du Cloud varie selon la taille des organisations. En France, 36% des entreprises de 250 personnes et plus ont adopté le Cloud, contre 12% des sociétés d’au moins 10 personnes.

Malgré l’augmentation du niveau de maturité des entreprises françaises vis-à-vis du Cloud observée dans le PAC CloudIndex de décembre 2014, l’adoption du Cloud reste encore modérée en France, selon une nouvelle étude de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). Les PME françaises sont encore réticentes, alors que les grands groupes consomment.

Les grandes entreprises consommatrices de Cloud

En 2014, 12% des entreprises d’au moins 10 personnes, en France, ont acheté des services Cloud. Une proportion inférieure à la moyenne européenne pour les organisations de cette taille (19% dans l’UE des 28), mais comparable à celle des entreprises allemandes dans cette catégorie. En revanche, le taux français est en deçà de ceux du Royaume-Uni (24%), de l’Italie (40%) et, surtout, de la Finlande (51%), qui est, ici, la mieux placée des pays de l’Union européenne.

En France, les grandes entreprises sont plus consommatrices que les sociétés de plus petite taille. Ainsi, 36% des entreprises d’au moins 250 personnes ont adopté le Cloud, un taux similaire au taux moyen européen dans cette catégorie. Pour les entreprises de 20 à 249 personnes, au niveau national, le taux plafonne à 14% et ne dépasse pas 9% pour les sociétés de 10 à 19 personnes.

Lorsque l’on considère le secteur d’activité, les sociétés de services (39%) sont les plus consommatrices de services Cloud.  À l’inverse, les entreprises de l’hôtellerie-restauration (5%) sont les plus réticentes. Mais ces différences s’estompent dans les entreprises de plus grande taille. Ainsi, tous secteurs confondus (sauf l’administration et l’immobilier à 36%), 40% des entreprises de 500 personnes et plus utilisent le Cloud.

La messagerie et le stockage de fichiers

Les organisations qui utilisent des services Cloud en France privilégient la messagerie (62% des entreprises) et le stockage de fichiers (61%). L’utilisation de logiciels bureautique en ligne et l’hébergement de bases de données suivent. Ces services « impliquent a priori une dépendance moyenne de l’entreprise vis-à-vis du Cloud », commente l’Insee. 55% des entreprises en France utilisent uniquement ces services de niveau moyen. Et 42% des organisations utilisent au moins un service Cloud de « niveau avancé ». Parmi ces entreprises, 25% accèdent dans le nuage à des logiciels de comptabilité et de gestion de la relation clients (CRM), 14% utilisent la puissance de calcul pour des logiciels métiers et 3% ont recours à des services non mentionnés dans le questionnaire.

Le Cloud public et le Cloud privé sont adoptés

L’an dernier, 63% des entreprises d’au moins 10 personnes utilisatrices du Cloud ont fait usage du Cloud public, sans bouder le Cloud privé (55% l’utilisent). Et 18% ont également opté pour du Cloud hybride. Ces proportions changent peu selon la taille des entreprises, observe l’Insee, mais elles varient grandement d’un secteur à l’autre. Ainsi, 71% des entreprises utilisatrices dans l’information-communication choisissent le Cloud privé (tout en utilisant du Cloud public pour 61% d’entre elles), alors que ces taux passent à 40% (Cloud privé) et 78% (Cloud public) dans la restauration.

Des incertitudes concernant la sécurité et la localisation

Pour certaines entreprises, le Cloud est perçu comme un moyen de réduire les coûts liés à la gestion d’une infrastructure informatique. Toutefois, 37% des sociétés utilisatrices (surtout les entreprises de petite taille) déclarent en limiter l’usage principalement en raison des coûts élevés des services fournis. Mais les sociétés de 250 personnes ou plus s’inquiètent avant tout des problématiques de sécurité (56%), de localisation des données (46%) et de législation (45%). D’autres problèmes sont évoqués par les utilisateurs comme autant de freins à la diffusion plus large du Cloud, parmi lesquels : le manque de connaissance du service, les difficultés d’accès aux données et solutions ou encore le désabonnement et le changement de fournisseur de services Cloud.

Cloudindex PAC : la France amorce enfin le décollage du Cloud
Le Cloud représente 30 % des dépenses d’infrastructures

crédit photo © Jiunn- shutterstock

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur