Cloud : largué par Amazon et Azure, Oracle prépare la v2 de son Iaas

CloudEditeurs de logicielsIAASPAASProjets
2 63 Donnez votre avis

A l’occasion de la présentation de ses résultats trimestriels, Oracle annonce la sortie imminente de nouvelles offres Iaas, à des tarifs agressifs. Cette activité pèse aujourd’hui moins de 6 % de celle du leader du secteur, AWS.

Trimestre après trimestre, les résultats d’Oracle illustrent la difficulté de la transition vers le Cloud. Pour son premier trimestre fiscal de 2017, l’éditeur américain publie certes un chiffre d’affaires en légère progression de 3 % à taux de change constant, à 8,6 Md$. Malgré tout, les investisseurs ont légèrement déprécié le titre dans les échanges après clôture, du fait du recul des ventes de licences traditionnelles. A 1,03 Md$, celles-ci chutent de 10 % sur un an à taux de change constant. Ce trou d’air est toutefois compensé par la progression de la maintenance.

Le constat est encore plus noir pour l’activité matérielle, dont les ventes dévissent de 18 %. La contraction de cette activité, trimestre après trimestre, pèse également sur le chiffre d’affaires provenant du support matériel, en recul de 3 % sur un an.

Saas qui rit

Heureusement, l’éditeur de Redwood Shores peut compter sur son activité Cloud, en progression de 61 % sur un an, à 969 M$. Ce segment est avant tout porté par les offres dans le Saas et le Paas, qui bondissent de 79 % sur un an. Ces deux activités devraient générer à elles seules 2 Md$ de revenus récurrents au cours de cette année fiscale, assure l’éditeur. « Nous pensons que ce sera la deuxième année consécutive où nous vendrons plus de Saas et de Paas que n’importe quel autre fournisseur. Au cours de ce seul premier trimestre, nous avons ajouté 750 nouveaux clients à nos offres Saas, dont 344 pour notre ERP Fusion en mode Saas. Soit davantage de clients ERP que ce que Workday a signé au cours de toute son histoire », explique Mark Hurd, le co-Pdg de la société dans un communiqué. La firme va encore renforcer ses positions dans le Saas, via l’absorption de l’éditeur de solutions de CRM et d’ERP Netsuite. Rappelons qu’Oracle a déboursé pas moins de 9,3 Md$ pour cette entreprise qui a réalisé quelque 741 M$ de chiffre d’affaires lors de sa dernière année fiscale (pour une perte de 125 millions).

Iaas : plus fort qu’AWS et 20 % moins cher ?

Larry Ellison
Larry Ellison

La firme prépare aussi l’arrivée de sa seconde génération d’offres Iaas, attendue la semaine prochaine lors de la conférence annuelle de l’éditeur (OpenWorld). Une offre que Larry Ellison, le président et directeur technique d’Oracle, résume de la manière suivante : « notre seconde génération de Iaas offrira deux fois plus de puissance de calcul, deux fois plus de mémoire, quatre fois plus de stockage et dix fois plus de capacités en entrées/sorties qu’Amazon Web Services. Le tout pour un coût 20 % inférieur. »

L’éditeur de Redwood Shores est à la peine sur ce segment : au cours de son premier trimestre fiscal, clos le 31 août, son activité Iaas a généré 171 M$, en progression de ‘seulement’ 10 % sur un an (toujours à taux de change constant). Soit bien moins que le moyenne du marché. Rappelons, à titre de comparaison, que lors du dernier trimestre fiscal d’Amazon, l’activité Cloud (AWS) a généré un chiffre d’affaire de 2,88 Md$.

A lire aussi :

Microsoft nouveau leader du SaaS en entreprise, devant Salesforce

Oracle France : Harry Zarrouk prend les rênes, sur fond de PSE

Crédit photo : Katherine Welles / Shutterstock.com

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur