Cloud souverain : Numergy dans l’impasse

CloudIAAS
3 98 Donnez votre avis

Un désaccord entre actionnaires pousse Numergy à se placer sous la protection de la procédure de sauvegarde. Une recomposition du capital semble obligatoire pour sortir le prestataire de Cloud de l’ornière.

Mise à jour le 22/10 à 12h20 (ajout du dernier paragraphe)

Numergy, le Cloud souverain financé par l’Etat, SFR et Bull (désormais dans le giron d’Atos), s’est placé en procédure de sauvegarde (permettant de suspendre le paiement des dettes) le 13 octobre dernier, expliquent Les Echos. Son patron, Philippe Tavernier parle « d’un désaccord entre actionnaires sur la stratégie d’investissement et sur leurs obligations à libérer du capital ». Comprendre : Numergy continue à consommer beaucoup de cash et un ou plusieurs actionnaires seraient réticents à continuer à financer l’entreprise. Rappelons que, mi-septembre, un article de L’Usine Digitale affirmait que l’Etat, actionnaire du Cloud souverain à hauteur de 33 % à travers la Caisse des dépôts, avait interrompu son financement et que Numericable-SFR, autre actionnaire à hauteur de 47 %, serait de son côté pressé de vendre ses parts.

A cette époque, Philippe Tavernier avait démenti ces deux informations dans nos colonnes assurant notamment qu’un désengagement de l’Etat « n’était pas d’actualité ». Ce matin, nos confrères des Echos réaffirment que l’Etat a pris, dès mars dernier, la décision de réorienter le solde des sommes attribuées à l’origine au Cloud souverain (soit la moitié de 150 millions d’euros) à d’autres projets.

Clap de fin pour le Cloud souverain ?

Les actionnaires de la société sont confrontés au décalage entre la réalité de l’activité de Numergy et les prévisions effectuées au moment du lancement du Cloud souverain. Les plans au moment du lancement prévoyaient un chiffre d’affaires de 400 millions d’euros en 2017 ; or, Numergy a seulement engrangé 2 millions en 2014 et devrait en générer 6 cette année. On sera donc loin du compte.

Dans les colonnes du quotidien économique, Numericable-SFR assure que les actionnaires travaillent à pérenniser l’entreprise, tandis qu’Atos espère une sortie de la clause de sauvegarde « d’ici Noël ». Après la reprise de Cloudwatt par un de ses actionnaires (Orange), la fin du Cloud souverain semble toutefois proche. Rappelons que, pour ce projet censé faire pièce aux grands acteurs américains comme Amazon, Microsoft ou Google, l’Etat avait mobilisé une enveloppe de 150 millions d’euros répartie sur deux projets, Numergy et Cloudwatt.

Joint par la rédaction, Philippe Tavernier explique avoir pris la décision de placer Numergy sous procédure de sauvegarde pour pousser « les actionnaires à se concerter sur l’avenir de l’entreprise ». Tout en assurant « avoir les moyens de tenir financièrement le temps nécessaire ». Le président exécutif de la société affirme par ailleurs que la Caisse des dépôts continue à honorer ses engagements à l’égard de sa société.

A lire aussi :

Numergy lâché par l’Etat et SFR ? Le Pdg du Cloud souverain dément
Le faux départ du Cloud souverain (tribune)

Crédit photo : SP-Photo / Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur