Cloudflare optimise à son tour les connexions web avec Argo

Gestion des réseauxOperateursRéseaux

Cloudflare lance Argo, un «Backbone virtuel» pour optimiser le trafic web de ses clients qui vient concurrencer Cedexis.

Améliorer la connectivité Internet. Tel est le credo de Cloudflare, service visant à lutter contre les attaques DDoS à l’origine. Aujourd’hui, l’entreprise américaine fondée en 2004 entend optimiser la navigation des utilisateurs en facilitant l’accès aux services en ligne. Du moins ceux qui souscrivent à son offre.

Un backbone virtuel

Argo, c’est son nom, est présentée comme un « backbone virtuel ». « Argo analyse et optimise les décisions de routage sur l’Internet mondial en temps réel, explique le fournisseur sur son blog. Pensez à Waze, l’application d’optimisation de route automobile, mais pour le trafic Internet. »

Argo-infographic-1A partir d’une infrastructure de 115 points de présence (PoP) dans le monde, CloudFlare supervise 6 millions de domaines. « Nous voyons tous les fournisseurs d’accès et tous les utilisateurs d’Internet sur notre réseau. L’intelligence qui en ressort nous donne un milliards d’yeux nourrissant l’information sur les pannes, les erreurs et les pertes de paquets à l’échelle mondiale. » De fait, le fournisseur de connectivité prétend couvrir 10% de toutes les requêtes HTTP/HTTPS de la planète Internet.

35% de réduction de latence

A partir de ces données, le fournisseur est en mesure de calculer et établir le chemin IP le plus efficace entre le point de départ de la requête cliente (ou plutôt celle du PoP) et le serveur qui héberge le service demandé. Parallèlement, Argo en profite pour remplir ses serveurs caches des contenus requis pour éviter d’inutiles allers-retours entre le serveur et le client. « Argo de Cloudflare est capable de diffuser du contenu sur notre réseau avec une latence considérablement réduite, une fiabilité accrue, un chiffrement élevé et un coût réduit par rapport à un chemin équivalent sur l’Internet ouvert », assure le fournisseur.

Après un an de beta-test, l’opérateur annonce ainsi avoir réduit en moyenne jusqu’à 35% la latence, et les erreurs de connexion de 27%, ainsi qu’une réduction de 60% dans l’usage du cache par rapport aux services CDN traditionnels de Cloudflare. « Les sites Web, les API et les applications utilisant Argo ont vu des factures de bande passante diminuer de plus de la moitié et des améliorations de vitesse que les utilisateurs finaux peuvent ressentir », poursuit la firme.

Deux offres pour concurrencer Cedexis et autres CDN

Deux offres sont aujourd’hui proposées : Smart Routing et Tieried Cache (le cache hiérarchisé). La première se charge de calculer le chemin le plus efficace entre la requête cliente et le serveur. La seconde propose de mettre le cache des PoP au service des fournisseurs de contenus, à la manière d’un CDN (content delivery networks). Deux offres activables directement depuis le tableau de bord client et disponible à partir de 5 dollars mensuel par domaine, auquel il faut ajouter 10 cents par Go transféré.

Un service qui n’est pas sans faire penser à celui que propose le français Cedexis estampillé l’« aiguilleur du Net » qui dispose également d’une centaine de datacenter pour mesurer et optimiser la connectivité dans le monde. Cloudflare entend s’en distinguer (un peu) avec le chiffrement (en TLS) du trafic circulant sur le backbone virtuel de l’opérateur de service pour sécuriser les communications. Argo vient aussi concurrencer les services de CDN tels Akamai, Limelight ou Cotendo.


Lire également
Cloudflare : une coquille dans le code expose des données utilisateurs
Pour CloudFlare, 94% du trafic du réseau Tor est malveillant


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur