CloudOpen Source

Cloudwatt parmi les 30 premiers contributeurs OpenStack

cloud
6 4 Donnez votre avis

A l’occasion de l’OpenStack Summit de Hong Kong, Cloudwatt annonce le premier déploiement d’Hadoop sur OpenStack.

A partir d’aujourd’hui, mardi 5 novembre, et jusqu’au 8, démarre l’OpenStack Summit de Hong Kong, rencontre mondiale des développeurs autour de l’environnement cloud open source. Un événement auquel participe Cloudwatt.

La co-entreprise fondée en octobre 2012 par Orange, Thalès et la Caisse des dépôts autour de l’idée d’un cloud souverain, a fait le choix dès le départ du framework OpenStack. Ce qui a obligé l’entreprise à partir de zéro pour construire son propre environnement et n’avoir pu lancer ses première offres qu’un an après sa création.

Un contributeur majeur

Cloudwatt s’inscrit comme un contributeur majeur au sein de la communauté OpenStack. Moins d’un an après son entrée dans la fondation éponyme, le cloud français annonce qu’il se classe parmi les 30 premières sociétés mondiales contributrices, sur les 300 que compte l’organisation. Et compte bien continuer à promouvoir le choix de l’open source pour faire d’OpenStack le système d’exploitation du cloud mondial.

Notamment auprès de l’écosystème français. Dans ce cadre, Cloudwatt s’apprête à publier sur son site 500 pages de la documentation OpenStack traduites en français.

Le big data sur Cloudwatt

L’entreprise va également profiter de l’OpenStack Summit pour faire une démonstration du premier déploiement d’Hadoop sur OpenStack. Cela ouvrira le traitement du big data et de l’analyse des données sur l’infrastructure de Cloudwatt.

« Notre participation à ce sommet mondial de l’OpenStack est à la fois l’occasion de faire part de nos souhaits en termes de développements futurs et de partager avec la communauté nos propres réalisations susceptibles d’avoir valeur d’exemple, comme l’utilisation d’OpenStack pour le Big Data, déclare Patrick Starck, président de Cloudwatt. Elle constitue également une tribune de choix pour faire la démonstration des possibilités de l’infrastructure du Cloud Public Cloudwatt. »

Lire également :
Patrick Starck, Cloudwatt : « Offrir la transparence que les acteurs américains refusent »
Où en est Cloudwatt ? Un point avec Raphaël Ferreira d’eNovance