Consolidation : Orange et Bouygues sont entrés en négociation

OperateursProjetsRégulationsRéseaux
6 11 Donnez votre avis

Orange et Bouygues pourraient confirmer prochainement l’ouverture de négociations exclusives pour l’acquisition de l’acquisition de Bouygues Telecom.

L’année 2016 s’ouvre sur la reprise (ou poursuite) probable de la concentration du secteur des télécoms français. Orange et Bouygues Telecom devraient officialiser, dans le courant de la semaine, l’ouverture des négociations en vue de l’acquisition du second par le premier. Une information avancée par le JDD qui tendrait à confirmer les discussions révélées par l’agence Bloomberg début décembre. Selon l’hebdomadaire dominical, l’opérateur historique et le groupe Bouygues auraient profité de la trêve hivernale pour signer, la veille de Noël, un accord de confidentialité, validant ainsi les prochains pourparlers du rapprochement.

15% du capital d’Orange

Bouygues Telecom serait valorisé 10 milliards d’euros. Soit autant que ce qu’avait proposé Patrick Drahi, le patron d’Altice/Numericable-SFR, à Martin Bouygues en juin 2015. Qui avait refusé. Cette fois, le patron du groupe de BTP serait motivé par une participation au capital. Sur les 10 milliards proposés, 8 permettraient à Bouygues d’acquérir 15% d’Orange. Ce qui diluerait à 20% environ la part de l’Etat dans le capital de l’opérateur historique. Si l’Etat resterait le premier actionnaire d’Orange, Bouygues y détiendrait également deux sièges au Conseil d’Administration, dont un réservé à Martin Bouygues en personne. Toujours selon le JDD, la direction de Bouygues Telecom serait intégrée au nouvel ensemble, dont Olivier Roussat, son actuel dirigeant, qui prendrait alors la direction de l’opération de l’intégration. L’ensemble des salariés de Bouygues Telecom seraient, eux, repris par Orange. Et, contrairement à ce qui avait été évoqué précédemment, TF1 n’entrerait pas dans la balance des négociations.

Il restera néanmoins à faire valider le projet devant l’Autorité de la concurrence, à moins que Bruxelles ne s’empare du dossier (bien que l’opération soit franco-française). Tel quel, le nouvel ensemble serait de nature à déséquilibrer le marché. Des cessions d’actifs seront indispensables. Orange souhaiterait en récupérer 5 milliards d’euros. Le principal candidat au rachat d’antennes et de fréquences est Free qui, lancé depuis 2012 sur le marché mobile, dispose aujourd’hui de moins d’actifs que ses concurrents. Si Xavier Niel avait proposé jusqu’à 1,8 milliard d’euros à Bouygues en mars 2014 pour le réseau et les des licences lors de la bataille pour l’acquisition de SFR, le groupe Iliad a, depuis, consolidé ses positions. En étoffant son réseau mobile, notamment en 4G qui dépasse aujourd’hui celui de SFR en nombre d’antennes, mais aussi en acquérant 10 MHz dans la bande des récentes 700 MHz (pour 932 millions d’euros).

800 MHz, boutiques et fibre pour Free ?

Iliad pourrait néanmoins être intéressé par la bande des 800 MHz dont il ne dispose d’aucune licence alors que l’opérateur avait loupé le coche des enchères lors des attributions en 2011. Xavier Niel pourrait aussi être intéressé par tout ou partie des 600 boutiques de Bouygues Telecom. Ainsi que par une partie du réseau fibre d’Orange. Enfin, Bouygues Telecom pourrait également se délester d’une partie de ses forfaits low cost B&You vers ses concurrents, SFR ou/et Free.

Mais toutes ces questions ne seront abordées avec les différents acteurs du marché qu’après finalisation des grandes lignes du rapprochement entre Bouygues et Orange. Pas avant la mi-janvier, selon le JDD. De son côté, le service de communication de Bouygues se borner à refuser de « commenter les rumeurs de marché ».


Lire également
Le rapprochement d’Orange et Bouygues Telecom piloté par l’Elysée ?
Consolidation : le nouveau scénario Orange-Bouygues Telecom
Orange pourrait mettre la main sur Bouygues Telecom… et TF1 ! (mise à jour)

crédit photo © bikeriderlondon – shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur