Conteneurs : Google donne à Kubernetes la maturité et une fondation

CloudDatacentersDéveloppeursDSIIAASOrchestrationProjetsServeursVirtualisation
8 5 Donnez votre avis

A l’occasion de l’OSCon, Google a dévoilé la version 1.0 de Kubernetes. Plus stable et plus mature, l’outil de gestion des conteneurs sera aidé dans sa diffusion par la Cloud Native Computing Foundation nouvellement créée.

Plusieurs acteurs de l’IT sont venus à l’OSCon (Open Source Convention) qui se déroule à Portland pour démontrer leur savoir-faire dans ce domaine. La première journée a été marquée par un focus sur la technologie des conteneurs, popularisée par Docker. Mais c’est Google qui a été la star et plus particulièrement son outil d’orchestration et de gestion des conteneurs, Kubernetes. Ce dernier, dévoilé en juin 2014, permet de déployer des conteneurs sur un lot de machines, d’en surveiller le (bon) fonctionnement et d’assurer leur réplication. Une offre idéale pour administrer des conteneurs Linux sur une infrastructure de type Cloud public. Ce projet a reçu le soutien de plusieurs sociétés comme Microsoft, IBM, Docker, etc.

Kubernetes 1.0 plus stable et mature

Lors de la conférence, Google a annoncé la publication de la version 1.0 de Kubernetes. Pour aboutir à ce résultat, la firme de Mountain View a reçu 14 000 commits provenant de 400 contributeurs. Parmi les différentes fonctionnalités, Google a amélioré le service de déploiement et de gestion des workload en production en intégrant du load balancing, DNS, évolutivité, analyse du comportement de l’application, etc.

[Lire notre dossier : Docker, déjà bon pour le service]

Sur la partie stockage, Kubernetes supporte les disques persistents de Compute Engine, mais aussi AWS Elastic Block Store et NFS. Pour les déploiements en cluster, la gestion se fait de manière dynamique et en temps réel. Il est possible partitionner un cluster via les spacesnames pour un contrôle plus granulaire des ressources. Ainsi, un cluster peut être segmenté en différentes applications ou pour des environnements de tests ou de production. Enfin du côté des API, Google annonce plus de stabilité y compris pour clusters de taille importante (1000 conteneurs) et un nombre de nœuds conséquent (100).

Un chaperon nommé CNCF

En complément de cette annonce produit, Google a dévoilé la Cloud Native Computing Foundation (CNCF). Il s’agit d’une initiative épaulée par la Fondation Linux et comprend déjà plusieurs membres comme AT&T, Box, Cisco, Cloud Foundry Foundation, CoreOS, Cycle Computing, Docker, eBay, Goldman Sachs, Google, Huawei, IBM, Intel, Joyent, Kismatic, Mesosphere, Red Hat, Twitter, Univa, VMware et Weaveworks. La CNCF a pour vocation de s’assurer de la bonne exécution des applications dans des environnements Cloud. Si Kubernetes sera le principal service mis en avant au sein de cette fondation, d’autres solutions comme Mesos de Mesosphere ou Swarm de Docker trouveront leur place. Cette initiative intervient quelque mois après le lancement de l’Open Container Project pour éviter l’éclatement de la technologie des conteneurs en de multiples chapelles incompatibles entre elles.

A lire aussi :

Red Hat prend fait et cause pour Docker… enfin presque

Docker : une marche vers la maturité sur fond d’innovation

crédit photo : Serz_72 / Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur