Cybersécurité : Orange prend en main la formation de ses experts

ProjetsSécuritéSSII
2 340 Donnez votre avis

Face à la pénurie de compétences en cybersécurité, Orange monte son université interne, en lien avec le CNAM, et s’associe à des écoles en régions, proches de ses centres de services clefs.

6000 postes ouverts dans la cybersécurité en 2016, pour seulement 1200 pourvus. Lors d’une conférence sur le Forum international de la cybersécurité (FIC), qui se tenait la semaine dernière à Lille, Michel Van den Berghe, le directeur d’Orange Cyberdéfense, a rappelé, avec cet indicateur fourni par l’Anssi, combien le recrutement reste une des problématiques centrales de l’industrie de la cybersécurité. Un facteur qui inquiète la société qui se définit comme le leader français sur ce marché, avec 1 200 personnes déjà employées sur ces activités et 200 recrutements par an. Le cabinet Pierre Audoin Consultants crédite Orange Cyberdéfense d’une part de marché de 7,9 % en 2015 (devant Atos, qui avec le renfort de Bull, atteint 7,3 %), pour un chiffre d’affaires de 125 millions d’euros (+ 11 % sur un an). « Ce manque de compétences disponibles freine notre croissance », assure Michel Van den Berghe.

Pour combler ses propres besoins, l’opérateur a donc monté la Orange Cyberdéfense Academy, un ensemble de cursus de formation continue, notamment grâce à un partenariat avec le CNAM (Conservatoire national des arts et métiers) débouchant sur un diplôme de technicien supérieur ou d’ingénieur spécialisé en cybersécurité. L’Academy sera hébergée dans les nouveaux locaux d’Orange Cyberdéfense à… La Défense où l’opérateur est en train de regrouper 11 sites dédiés à cette activité.

Réponse à incidents à Lille

En parallèle de ces efforts, visant en particulier à réorienter des spécialistes des réseaux vers le nouveau créneau porteur, Orange Cyberdéfense a ouvert deux pôles de formation dans les villes où il a choisi de s’implanter : Rennes et, tout récemment, Lille, où l’opérateur vient d’ouvrir un centre dédié à la réponse à incidents. A vocation européenne, cette implantation, précisément située à Lesquin, en banlieue de Lille, accueille déjà une trentaine de salariés, un effectif appelé à monter à 200 personnes en 2018 (essentiellement des ingénieurs, mais aussi des Bac +2 ou +3). Le site de Lesquin, inauguré par Xavier Bertrand, président de la région des Hauts-de-France, et Stéphane Richard, Pdg d’Orange (voir photo ci-dessus), développe notamment une compétence spécifique dans la reconstruction des annuaires Active Directory, un besoin courant dans les entreprises ayant subi des cyberattaques. « Ce sont des ressources rares en France et, plus largement, en Europe », assure Michel Van den Berghe.

Bonhomme
Thierry Bonhomme, le dirigeant d’Orange Business Services, et Michel Van Van den Berghe, le directeur d’Orange Cyberdéfense, lors du FIC 2017.

Pour assurer les recrutements sur ce pôle, la société s’est associé à l’IMT Lille Douai (l’ex-Télécom Lille) et à l’Université de Valenciennes, afin de proposer des cursus de spécialisation aux étudiants de ces deux établissements. Selon Michel Van den Berghe, une première promotion d’une cinquantaine d’étudiants issus de ces formations sortira dès juin prochain.

Aujourd’hui n°3 ou 4 en Europe selon ses estimations, Orange Cyberdéfense vise la place de leader européen sur le marché de la cybersécurité, notamment via des rachats (dans des pays comme l’Espagne, l’Allemagne, la Grande-Bretagne ou le Benelux). Les dirigeants de l’opérateur n’ont toutefois pas précisé à quelle échéance ils comptaient atteindre cet objectif.

A lire aussi :

Orange Cyberdéfense et Microsoft au chevet d’Active Directory

Orange Cyberdéfense entend surfer sur la législation des OIV

 

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur